Photos de terrain : Mokola, Ibadan, Nigéria

Avec le soutien de l’IFRA d’Ibadan, j’ai pu démarrer l’étude du terrain de Mokola, quartier d’Ibadan (Nigéria) en compagnie d’Andrée-Anne Nicolas et de Mr Kenet. Les raccordements et les groupes électrogènes bricolés ont marqué cette première journée de terrain.

Photos de terrain : Ladji, Cotonou, Bénin

Le quartier de Ladji, entre terre et lagune, est un des terrains de cette recherche doctorale. Il est aussi au cœur du projet Map&Jerry de l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) avec le soutien de ses partenaires, du BloLab et d’OpenStreetMap. Comment accéder aux services énergétiques électriques dans un tel quartier?

Photos de terrain : Ouédo, Abomey-Calavi, Bénin

Après avoir rejoint Olivier, étudiant à l’UAC,nous nous sommes rendus à Ouédo, dans le péri-urbain d’Abomey-Calavi pour tester la grille d’enquête-ménage et faire du repérage.

Présentation du sujet de thèse

Configurations hétérogènes de fourniture électrique et inégalités d’accès aux services énergétiques

La généralisation de l’accès à l’électricité en Afrique Subsaharienne est entravée par des problèmes d’infrastructures lacunaires et de pénurie d’énergie (Africa Progress Panel 2015). Ces défaillances constituent un terreau favorable à l’émergence de pratiques illégales, informelles et alternatives. La part de la population ayant accès au réseau conventionnel y est de 30% en moyenne en 2012 (International Energy Agency 2014), mais ce chiffre cache des différences entre les pays de cette Afrique plurielle. Par exemple, seulement 25,5% de la population a accès au réseau conventionnel au Bénin (Direction Générale de l’Énergie 2017), contre 45% au Nigéria (Ley, Gaines et Ghatikar 2015). Ces inégalités d’accès se retrouvent aux échelles nationales, entre zones urbaines et rurales (Direction Générale de l’Énergie 2017; Ley, Gaines et Ghatikar 2015), mais aussi au sein même des villes. Ma recherche au sein du Latts (UMR 8134) se concentre sur ces échelles urbaines et porte sur les agglomérations de Cotonou au Bénin (en y incluant Abomey-Calavi et Semè-Kpodji) et d’Ibadan au Nigéria.

Ma recherche doctorale, débutée fin 2016 sous la direction de Sylvy Jaglin (Latts) et le co-encadrement d’Armelle Choplin (Prodig), examine les artefacts infrastructuraux (Lawhon et al. 2017) non pas comme de simples objets techniques, mais comme parties de configurations de fourniture de l’électricité (Olivier de Sardan et al. 2010) différenciées spatialement. Cette configuration de fourniture est définie comme « combinaisons d’acteurs, d’institutions et de moyens qui permettent à un bien d’être délivré (…) quelles que soient les formes de cette co-délivrance : collaboration (directe ou indirecte, ponctuelle ou permanente), substitution, concurrence, complémentarité, etc.[1] » (Ibid., p. 8‑9). De là, nous nous demandons comment est-ce que ces configurations épousent le territoire ? Est-ce qu’elles démocratisent l’accès aux services énergétiques électriques ? Comment est-ce que le couple électrification et urbanisation se co-transforme ?

Pour répondre à ces interrogations, trois entrées structurent la recherche. Une première entrée par la socio-anthropologie du développement (Blundo et Olivier de Sardan 2012; Jacob et Lavigne Delville 2016), par les concepts de bricolage institutionnel (Frick-Trzebitzky 2017) et de normes pratiques (Olivier de Sardan 2008), nous permet d’interroger les liens entre configuration de fourniture de l’électricité et pouvoir institutionnel. Un deuxième axe questionne les relations entre innovations et transition infrastructurelle au regard des pratiques quotidiennes, par la mobilisation des concepts d’innovation par l’usage (Cardon 2008) et autres disnovations (Grimaud, Tastevin et Vidal 2017). Par une approche territorialisée des inégalités d’accès aux services énergétiques électriques, la troisième entrée de notre recherche s’attache à comprendre les effets des nouvelles configurations de fourniture sur le service public (Sioshansi 2017; Orton et al. 2017).

[1] En anglais dans le texte: « combinations of actors, institutions and means which permit the delivery of a good under some form or other of co-production: collaboration (direct or indirect, episodic or permanent), substitution, competition, complementarity, etc. »

Références citées

Ci-dessous sont listées les références citées dans la présentation du sujet de thèse. Il ne s’agit pas d’une bibliographie exhaustive.

Africa Progress Panel, 2015, Power people planet seizing Africa’s energy and climate opportunities: Africa progress report 2015, Geneva, Africa Progress Panel.

Blundo Giorgio et Olivier de Sardan Jean-Pierre, 2012, « La corruption quotidienne en Afrique de l’Ouest », Politique africaine, 15 novembre 2012, no 83, p. 8-37.

Cardon Dominique, 2008, « Innovation par l’usage » dans Enjeux de mots : Regards multiculturels sur les sociétés de l’information, Edition multilingue français-espagnol-anglais-portugais, Caen, France, C&F Editions.

Direction Générale de l’Énergie, 2017, Système d’information énergétique du Bénin – Rapport annuel 2015 et évolution 2010-2015, s.l., Ministère de l’Énergie de l’Eau et des Mines, République du Bénin.

Frick-Trzebitzky Fanny, 2017, « Crafting adaptive capacity: Institutional bricolage in adaptation to urban flooding in Greater Accra », Water Alternatives, 2017, vol. 10, no 2, p. 625.

Grimaud Emmanuel, Tastevin Yann Philippe et Vidal Denis, 2017, « Low tech, high tech, wild tech. Réinventer la technologie ? », Techniques & Culture, 13 novembre 2017, n° 67, no 1, p. 12-29.

International Energy Agency, 2014, World Energy Outlook 2014, s.l.

Jacob J.P. et Lavigne Delville Philippe, 2016, Comprendre la trajectoire des interventions de développement : processus d’acteurs dans trois projets d’eau potable (Burkina Faso, Haïti, Ghana) : rapport final de la recherche, Paris, AFD.

Lawhon Mary, Nilsson David, Silver Jonathan, Ernstson Henrik et Lwasa Shuaib, 2017, « Thinking through heterogeneous infrastructure configurations », Urban Studies, 21 août 2017, p. 1-13.

Ley Karsten, Gaines Jeremy et Ghatikar Anil, 2015, The Nigeria Energy Sector. An overview with a special emphasis on renewable energy, energy efficiency and rural electrification, Abuja, GIZ, NESP.

Olivier de Sardan J. P., Abdulkader A., Diarra A., Issa Y., Moussa H., Oumarou A. et Alou M. T., 2010, « Local governance and public goods in Niger », Africa Power and Politics Programme Working Paper, 2010, vol. 10.

Olivier de Sardan Jean-Pierre, 2008, « À la recherche des normes pratiques de la gouvernance réelle en Afrique », Discussion Paper, 2008, no 5, (coll. « Afrique : Pouvoir et politique »).

Orton Fiona, Nelson Tim, Pierce Michael et Chappel Tony, 2017, « Chapter 14 – Access Rights and Consumer Protections in a Distributed Energy System » in Innovation and Disruption at the Grid’s Edge, s.l., Elsevier, p. 261-285.

Sioshansi Fereidoon P., 2017, « Chapter 1 – Innovation and Disruption at the Grid’s Edge » in Innovation and Disruption at the Grid’s Edge: How distributed energy resources are disrupting the utility business model, s.l., Academic Press, p. 1-22.

Intervention « De l’informalité des récupérateurs de déchets à l’innovation socio-institutionnelle : quelle formalisation ? »

Bonjour à tous,

Hier, vendredi 12 janvier, à l’Université d’Angers, j’ai eu l’opportunité de partager mon travail sur la valorisation des déchets en Colombie et au Pérou grâce à l’intégration des acteurs « informels ». Vous pouvez télécharger le diaporama de présentation en suivant ce lien: https://1drv.ms/b/s!Av0TabV43FINf45HIkHmyv_WNac

« Durant de nombreuses années, les politiques publiques de gestion des déchets ont mené des actions de répression contre les acteurs du recyclage informel. Au Pérou, depuis la Loi du Reciclador de 2009, les politiques publiques se positionnent en faveur d’un recyclage inclusif, au moyen de l’intégration des récupérateurs de déchets, jusque-là informels. Ainsi, les districts de Lima expérimentent diverses modalités d’implantation de la Loi pour mettre en place la collecte sélective tout en formalisant les récupérateurs (RATEAU, 2017). En Colombie, le processus est différent. Les récupérateurs ont obtenu leur reconnaissance et leur intégration à la gestion municipale suite à une action en justice. La Cour Constitutionnelle, par l’arrêt n°275 de 2011, oblige Bogotá à intégrer les récupérateurs, à les rémunérer au même titre que les prestataires de la collecte des déchets municipaux et à leur réserver la collecte des déchets recyclables.

En mobilisant les concepts d’innovation socio-institutionnelle (BERNAL ET ROBERTSON, 2016 ; DELPEUCH, 2017 ; PAULRE, 2016) et d’informalité (GUNSILIUS ET AL., 2011 ; GUPTA, 2012), l’objet de la communication proposée sera de questionner le transfert de la récupération informelle des déchets vers une politique publique innovante de collecte sélective. Quelles sont les conditions de ce transfert : par la contrainte ou l’incitation ? Comment les politiques publiques se l’approprient-elles ? Comment la normalisent-elles et la réajustent-elles pour proposer un nouveau service public ? Existe-t-il divers modèles de formalisation ? D’après des études empiriques conduites en 2015 et 2016, la communication démontrera qu’à Lima, la formalisation des récupérateurs est souple reposant sur un statut associatif. À Bogotá, à l’inverse, la formalisation expérimentée est plus rigide, répondant aux règles de constitution entrepreneuriale. Les récupérateurs sont appelés à se constituer en entreprise prestataire de service ayant la capacité de répondre aux appels d’offre municipaux. »

Références :
Bernal, M. , & Robertson, D. (2016). Conferencia Magistral – Innovación Social en Gobierno por María Elisa Bernal. (Video). Bogotá: Facultad Arquitectura y Diseño – Universidad de los Andes. http://vimeo.com/154602170

Delpeuch, T. (2017). “L’innovation institutionnelle: une entreprise politique à base d’emprunts extérieurs”, Quaderni [En ligne], n° 91. URL: http://quaderni.revues.org/1011

Gunsilius, E., Chaturvedi, B. & Scheinberg, A. (2011). The economics of the informal sector in solid waste management. Fráncfort: GIZ.

Gupta, S. K. (2012). “Intégrer le secteur informel pour une meilleure gestion des déchets”. Secteur Privé et Développement, n°15, Paris: Proparco, AFD. 12-15.

Paulré, P. (2016). “L’innovation dans les sociétés contemporaines. Mises en perspective”, Quaderni [En ligne], 91. URL: http://quaderni.revues.org/1006

Rateau, M., (2017), « Conflictos de apropiación de residuos reciclables e innovaciones socioinstitucionales en Lima », Territorios, 26 juillet 2017, no 37, p. 61‑80.

Intervention « Service de fourniture électrique en Afrique: vers la fin du grand réseau centralisé? »

Bonjour à tous !

Demain, j’aurai le plaisir de réaliser une intervention intitulée « Service de fourniture électrique en Afrique: vers la fin du grand réseau centralisé? ». Vous pouvez télécharger le diaporama de présentation en suivant ce lien:  https://1drv.ms/b/s!Av0TabV43FINfRlmc0MpbHyW-is

Le plan de présentation est le suivant:

  1. Echelle macro: Afrique Subsaharienne
    1. Constat de l’électrification
    2. Enjeux autour de l’électricité
    3. Défis multidimensionnels pour étendre l’accès
  2. Etude de terrain: Cotonou et Abomey-Calavi
    1. Contexte socio-institutionnel
    2. Réseau conventionnel
    3. Dispositifs marchands
  3. Vers du post-réseau?
    1. Typologies des voies « post-réseau »
    2. Changement de paradigme?
    3. Penser par « l’échelle des services énergétiques »

 

Photos exposées pour « La mise en image du rebus »

Deux photos de mes terrains à Lima (Pérou) en 2014 et 2015, font actuellement partie de l’exposition « La mise en image du rebut : matières, corp(u)s et pratiques autour des déchets » du réseau SUD (Sociétés Urbaines et Déchets), projet porté par Claudia CIRELLI et Bénédicte FLORIN, Cité, TERRitoires, Environnement et Sociétés (CITERES).

Lien vers l’exposition photos et plus d’informations sur le projet : https://sud.hypotheses.org/exposition

https://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/1668/files/2016/10/Affiche_Expo_Sud.jpg

 

Intervention lors du « Séminaire doctorants – ESO Le Mans »

Les doctorants du laboratoire ESO-Le Mans m’ont offert l’opportunité de leur présenter mes travaux de recherche en cours au sein du LATTS sur l’électricité en Afrique de l’Ouest, lors de leur séminaire doctorant du 22 mai 2017 à l’Université du Mans. Mon intervention portait sur le système composite de fourniture électrique et les inégalités d’accès aux services énergétiques urbains. Vous pouvez visualiser le diaporama en suivant ce lien : https://1drv.ms/b/s!Av0TabV43FINfRlmc0MpbHyW-is

Plan de la communication :

« (1) Introduction: Sujet, Terrain, Contexte, (2) Enjeux: enjeux autour de l’électricité, constat des inégalités d’accès, (3) Défis multidimensionnels: matérialité et technologie, contextes institutionnels, défis économiques et financiers, (4) Notre recherche: questionnement, approches (5) Conclusion: perspectives »

 

Intervention lors de la « Labex Week 2017 »

J’ai eu l’occasion d’intervenir brièvement lors de l’événement « Hybridations électriques et villes diffuses des Suds : enjeux théoriques et empiriques des mini-réseaux » au sein du Groupe Transversal « Ville et énergie » sous la responsabilité de Sylvy Jaglin (UPEM/LATTS) – Margot Pellegrino (UPEC/LAB’URBA). Cet événement s’insérait dans la Labex Week 2017 – 2ème édition – 11/15 septembre 2017 à Champs sur Marne. Ma courte intervention se concentrait sur la diversification des modes d’accès à l’électricité dans l’urbain africain à partir des retours du terrain effectué durant cette première année doctorale à Cotonou et Abomey-Calavi (Bénin). Le diaporama se trouve à cet adresse : https://1drv.ms/b/s!Av0TabV43FINfOzsmv4sDyrNopM

Plan de la communication :

« (1) Contexte: terrain d’étude, généralités, habitat, (2) secteur électrique: approvisionnement en électricité, électrification, consommation énergétique finale des ménages, mode d’éclairage, (3) Service de fourniture en réseau défaillant: crises récurrentes, projets de développement, (4) Diversification des modes d’accès à l’électricité: dispositifs individuels, dispositifs collectifs, système composite, (5) recherche doctorale en cours: inégalités socio-territoriales, dispositifs sociotechniques et pouvoir des institutions »

Article publié dans « Territorios »

Je vous annonce la publication de :

Rateau, M. (2017). Conflictos de apropiación de residuos reciclables e innovaciones socio-institucionales en Lima. Territorios, (37), 61-80. Doi: http://dx.doi.org/10.12804/revistas.urosario.edu.co/territorios/a.5086

Il s’agit d’un article en espagnol, mais je vous propose une traduction de son résumé :

« Durant de nombreuses années, les politiques publiques de gestion des déchets ont mené des actions de répression contre les acteurs du recyclage informel. Au Pérou, depuis la Loi du Reciclador de 2009, les politiques publiques se positionnent en faveur d’un recyclage inclusif, au moyen de l’intégration des recicladores. En mobilisant les concepts d’innovation socio-institutionnelle et d’appropriation des déchets recyclables, l’objet de cet article est d’affirmer que les modalités d’implantation de la Loi conduisent à la création de modèles de gestion des déchets recyclables innovants qui permettent de diminuer le conflit d’accès à ces déchets entre recicladores formels, mais dans le

même temps, ce conflit se déplace du sein des recicladores vers une rivalité entre formels et informels. Il s’avère que, grâce aux innovations socio-institutionnelles, le nouvel intérêt institutionnel pour la collecte sélective n’entraîne pas la création d’un conflit d’appropriation entre le service public et la logique marchande du recyclage, comme ça aurait pu l’être. »

Le texte intégral est accessible en ligne: https://revistas.urosario.edu.co/index.php/territorios/article/view/5086

Alternatives et services urbains dans les Suds

Ce carnet a pour vocation de rendre compte des recherches d’une jeune chercheure, qui portent principalement sur des questions de diversification des modes de fourniture des services urbains essentiels dans les villes du Sud. Il s’agit plus particulièrement, de la diversification du service de gestion des déchets via l’intégration des récupérateurs informels en Amérique du Sud et du service électrique en Afrique de l’Ouest.