A) Enjeux globaux de la gestion des déchets

1)      Un problème quantitatif croissant au niveau mondial

La production de déchets au niveau mondial est en constante augmentation, de telle sorte qu’elle devrait doubler de 2010 à 2025 (The World Bank, 2012). Cette augmentation devrait se concentrer principalement dans les pays du Sud[1], où les facteurs influençant la production des déchets sont en pleine croissance.

La production de déchets municipaux (ceux de responsabilité municipale et produits par les ménages ou par d’autres producteurs dont les déchets ont les mêmes caractéristiques que les déchets ménagers) est de 1,3 milliards de tonnes par an en 2010 et devrait atteindre les 2,2 milliards en 2025 (The World Bank, 2012). Cette augmentation de près du double, est engendrée en partie par le développement économique, l’industrialisation, le changement des modes de consommation et l’urbanisation. C’est actuellement la population des pays du Nord qui produit le plus de déchets, comme l’illustre la Carte 1. Chaque habitant des États-Unis produit plus de 2,5 kg de déchets quotidiennement, alors que chaque habitant de la majorité des pays d’Asie et d’Afrique n’atteint pas 1 kg quotidien.

Carte 1 : Production de déchets municipaux par pays

Une société consommant de plus en plus de biens, produit de plus en plus de déchets dès que ces biens atteignent leur fin de vie utile. Le développement économique est un facteur de cette hausse de la consommation, mais aussi l’urbanisation. La population des régions urbaines, principaux espaces de consommation, produisent deux fois plus de déchets que la population rurale au niveau mondial (The World Bank, 2012). Étant donné que l’essentiel de la croissance démographique, urbaine et économique devrait avoir lieu au Sud, la hausse de la production de déchets devrait également s’y concentrer dans les années à venir. D’après la Banque Mondiale, les pays à revenus moyen-bas et moyen-hauts seraient responsables de 76 % du doublement de la production mondiale de déchets municipaux d’ici à 2025 (cf Graphique 1 : Projection de la production et de la caractérisation des déchets par groupe de pays) (The World Bank, 2012).

Cette hausse de la production de déchets peut s’avérer un problème, notamment s’ils sont mal gérés. Une mauvaise gestion des déchets entraine d’importants risques sanitaires et environnementaux. De nombreuses maladies propagées par de mauvaises conditions sanitaires peuvent affecter la santé des populations. Des pollutions du sol, de l’eau généralement causées par les lixiviats, ainsi que de l’air si les déchets sont brûlés, menacent l’environnement. Pour éviter ces risques liés aux déchets, il est important de réduire la quantité de déchets produits.

Des mouvements internationaux comme Zero Waste (Zéro Déchet) promeuvent les initiatives permettant de diminuer la quantité de déchets produits, par exemple grâce au changement des modes de production et de consommation. Diminuer la production de déchets permet de diminuer les impacts sur l’environnement liés à la fabrication du produit et ceux liés à l’élimination de ce produit devenu déchet à la fin de sa vie utile.

2)      Des problèmes qualitatifs distincts entre le Nord et le Sud

Entre les pays du Nord et ceux du Sud, il n’y a pas que les quantités produites de déchets qui varient mais également leur caractérisation. Le modèle de gestion des déchets dépend du contexte socio-politico-économique du pays mais également de la composition des ordures ménagères qui varie selon le niveau de vie du pays.

La composition des déchets est influencée entre autres, par des facteurs économiques, culturels et climatiques. Les pays ayant un faible revenu national brut (RNB) par habitant produisent principalement des déchets organiques. Leur taux est bien plus important que dans les pays ayant un RNB par habitant élevé qui à l’inverse produisent surtout des déchets papiers, plastiques et autres inorganiques recyclables, comme illustré par le Graphique 1. Ce qui s’explique par la concentration de la population dans les villes sachant que la population urbaine consomme plus de produits emballés et donc jette plus de déchets inorganiques qu’en milieu rural (The World Bank, 2012). Le climat, plus précisément la précipitation, modifie les résultats de la caractérisation des déchets. Certains types de déchets se gorgent d’eau, augmentent leur masse et leur volume, d’autres se décomposent et se détériorent.

Graphique 1 : Projection de la production et de la caractérisation des déchets par groupe de pays

Les pays du Sud devraient être responsables en majorité de l’augmentation mondiale de la production de déchets municipaux, comme dit précédemment. Malgré la modification de la composition des déchets produits par ces pays, les déchets organiques resteront majoritaire (The World Bank, 2012). Les pays du Sud produisent moins de déchets inorganiques recyclables, tant en valeur absolue que relative, que les pays du Nord, comme représenté par le Graphique 1.

Compte tenu de ces différences de quantité et de qualité, il paraît logique que les techniques de gestion soient également distinctes. L’importance de la part des déchets organiques et donc du taux d’humidité, a des répercussions sur le mode de traitement à mettre en place dans les pays à revenu faible et intermédiaire. Par exemple, la valorisation organique associée au recyclage inorganique apparait plus adéquate que la valorisation énergétique (J. Cavé and al., 2015).

3)      Le difficile financement de la gestion des déchets

Il est important que les déchets soient gérés au mieux pour éviter et diminuer les risques environnementaux et sanitaires qui y sont liés. La gestion des déchets représente un coût important pour les gouvernements locaux responsables, d’autant plus élevé dès qu’il faut moderniser les infrastructures pour éviter les pollutions.

D’après la Banque Mondiale, le coût de la gestion des déchets municipaux était de 205 milliards de dollars américains (178,074 milliards d’euros[2]) en 2010 et s’élèvera à 375 milliards de dollars américains (326,036 milliards d’euros) en 2025 (The World Bank, 2012). Cette augmentation est non seulement causée par une production de déchets croissante, mais aussi par la construction et la modernisation des infrastructures. Il ne s’agit plus d’évacuer les déchets vers des décharges sauvages gratuites, ou des décharges contrôlées peu coûteuses, mais bien d’enfouir et d’éviter toute pollution grâce aux centres d’enfouissement techniques (CET). La construction et l’exploitation de ces infrastructures entrainent d’importantes dépenses alors qu’auparavant elles étaient principalement liées au fonctionnement (J. Cavé and al., 2015). Le coût de ces infrastructures ainsi que les difficultés à planifier leur installation en milieu urbain, incitent les politiques locales à développer la valorisation comme alternative à l’élimination.

Dans les pays du Nord, de nombreuses politiques s’orientent vers la prévention et la valorisation des déchets. La collecte sélective, par exemple, a commencé à s’implanter en France à partir des années 1990. Les déchets recyclables sont ainsi collectés séparément pour les orienter vers les filières de valorisation correspondantes. La redevance incitative est une politique plus récente. Il s’agit de facturer aux usagers le service de gestion des déchets en fonction des quantités d’ordures ménagères résiduelles qu’ils produisent, l’objectif étant de les inciter à trier d’avantage. Se développe également la responsabilité élargie du producteur (REP) obligeant les producteurs de déchets à contribuer financièrement aux dépenses de gestion des déchets issus de la fin de vie utile des produits qu’ils ont mis sur le marché. Cette politique doit inciter les entreprises à faire de l’écoconception pour que leurs produits soient moins générateurs de déchets, et permettre d’obtenir une nouvelle source de financement.

Ces politiques de prévention et de valorisation ne se sont pas généralisées au Sud. Ces pays font face à des difficultés pour recouvrir les taxes locales handicapant le financement de la gestion municipale des déchets. Dans la capitale péruvienne, par exemple, plus de 70% de la population ne paient pas leurs taxes locales (MML, 2014). Ces pays sont ceux ayant le plus de difficultés à financer la gestion des déchets, alors qu’ils connaitront les plus forts taux de croissance de la production de déchets.

[1] Pays du Sud : pays dits «pauvres », qui sont généralement situés dans la partie sud des continents

[2] Taux de change au 25 août : 1$ = 0,869€

 

Mélanie Rateau

Doctorante / PhD Candidate

More Posts