B) Des filières de récupération et de valorisation distinctes entre le Nord et le Sud

1)      Nécessaire recours aux filières de récupération et de valorisation

Les gouvernements locaux réussissent à minimiser les coûts de l’enfouissement en ayant recours aux filières de récupération et de valorisation. Cette alternative permet également à la société de faire d’autres économies par la diminution de la détérioration de l’environnement.

Les politiques municipales de gestion des déchets ont comme objectif historique de rendre et maintenir la ville propre. Il fallait évacuer les déchets pour éviter les risques sanitaires et de pollutions. Ils sont considérés comme des nuisances que la collectivité est chargée de traiter. Ce service public entraine un coût pour les gouvernements locaux, qui le répartissent entre les usagers. Le déchet est ainsi chargé d’une valeur négative. Par exemple, le district de San Martin de Porres dans la capitale péruvienne, dépense 22€ par tonne de déchets enfouie[1]. Les filières de récupération et de valorisation, en détournant une partie du flux de déchets voués à l’élimination, permettent de minimiser les dépenses publiques, de prolonger la durée de vie utile des centres d’enfouissement techniques et de redonner une valeur marchande aux déchets.

 

Schéma 1: Prise de valeur marchande du déchet grâce au circuit de valorisation

Le Schéma 1 illustre, d’une part, la perte de valeur marchande du déchet une fois qu’il entre dans le circuit municipal d’élimination, et ce même s’il s’agit d’un déchet recyclable ; et d’autre part, sa prise de valeur dans le circuit de recyclage très souvent privé. Si l’on compare ces deux circuits à la typologie de système de gestion des déchets définie par C. Berdier et JM. Deleuil, la gestion municipale liménienne est un « système hygiéniste » car elle conduit à la mise en décharge et à la destruction systématique des déchets (C. Berdier and JM. Deleuil, 2002). Alors que le circuit du recyclage est un « système économique » car ce recyclage permet aux déchets de prendre de la valeur.

Valoriser et récupérer les déchets plutôt que de tenter de les éliminer en les enfouissant permet de diminuer le besoin d’extraction de matières premières en réinjectant la matière des déchets dans le cycle de production de nouveaux produits. La consommation de ressources naturelles et d’énergies impacte l’environnement au moment de leur extraction mais aussi lors de leur transport et de leur utilisation (M. Scheinberg, 2010). Recycler les déchets permet de diminuer ces dommages en offrant une nouvelle source de matière. Évidemment, des pollutions liées aux transports et aux processus de transformation persistent ; mais pour que la valorisation et la récupération restent pertinentes, il est intéressant de rester à une échelle locale. Les filières de valorisation permettent aussi d’éviter les risques sanitaires et environnementaux liés à l’entreposage de déchets dans des décharges ou liés à l’enfouissement.

2)      Une récupération majoritairement informelle au Sud

Dans les villes des pays du Sud, les déchets recyclables sont une source de revenus pour des milliers de familles dans l’informalité et ce depuis longtemps. Selon des estimations récentes, 1 % de la population urbaine mondiale travaillerait dans le secteur spontané de la récupération et du recyclage (UN-HABITAT, 2010). Ch. Furedy décrit :

« Dans les villes du tiers monde où les ressources ne sont pas abondantes, l’essentiel de la consommation est frugale et les déchets de toutes sortes sont largement exploités par des gens pauvres, ainsi que par une petite et grande industrie. […] Les villes asiatiques ont des “économies du déchet” considérables, structurées via des marchands ambulants, des récupérateurs, de centres de commercialisation, des marchés d’occasion, des entreprises de commercialisation spécialisée, des transporteurs et une diversité d’industries du recyclage » (Ch. Furedy, 1992, p. 43, cité par J. Cavé, 2015).

La récupération informelle est majoritaire dans ces pays. À Belo Horizonte au Brésil, le secteur formel récupère 0,1% des déchets produits contre 6,9% pour le secteur informel (UN-HABITAT, 2010). Les autorités municipales des pays du Sud adoptent différentes positions face à cette récupération informelle, qui peuvent se caractériser par de l’ignorance, des politiques de répression, de collusion ou d’intégration (M. Medina, 2005). Les politiques d’intégration ont longtemps été minoritaires, mais sont actuellement plébiscitées par de nombreuses études (M. Durand, 2010 ; A. Gerold, 2009 ; A. Scheinberg and al., 2010 ; C.A. Velis and al., 2012).

Dans les Pays du Nord, la gestion des déchets municipale contrôle le circuit d’élimination des ordures ménagères résiduelles et le circuit de valorisation des déchets recyclables. La collecte sélective municipale, les centres de tri automatisés et les infrastructures de valorisation énergétique ou matière sont répandus et contrôlés. La récupération informelle a été interdite car elle gênait le service municipal, manquait aux règles d’hygiène et de sécurité mais aussi car les récupérateurs opéraient un écrémage du gisement de déchets qui ne leur appartenait pas (G. Bertolini, 2008). Malgré cette interdiction, les autorités des pays du Nord restent confrontées à une récupération informelle et illégale. La déchèterie de Changé, en France, subit tellement de vols que ses responsables ne font plus réparer les clôtures dégradées et préfèrent laisser les récupérateurs venir voler[2].

3)      Les récupérateurs informels au Pérou

La Loi du Recycleur de 2009 promeut la formalisation des récupérateurs, or le nom de la loi peut prêter à confusion. En Europe, le nom de recycleur est donné à une personne ou une entreprise qui réalise une transformation du déchet pour le réintroduire dans le cycle de production, alors qu’au Pérou, cette dénomination englobe tous les acteurs participant à la gestion des déchets recyclables, hors travailleurs municipaux. Dans ce mémoire seul le terme de récupérateur sera utilisé.

Les récupérateurs informels, ou plus généralement le secteur informel de la gestion des déchets fait référence à des personnes physiques (des individus et des familles) et à des petites entreprises privées qui interviennent dans la gestion des déchets sans être salariées, financées, reconnues, ni formellement chargées des services de gestion des déchets par les autorités concernées (Gupta, 2012 ; Gunsilius and al., 2010). Ces personnes ou ces entreprises récupèrent les déchets recyclables pour les revendre, parfois après un prétraitement, et ainsi en tirer un profit économique.

Le département de Lima concentre près de 40% des récupérateurs du Pérou. Cela peut s’expliquer par la présence de la capitale péruvienne qui concentre la majorité de la population et des activités du Pays. La répartition des récupérateurs en fonction de la population de chaque département nuance cette réalité. Ce sont les départements frontaliers, le département de Callao au premier port du Pérou ainsi que celui de Lima où l’on retrouve le plus de récupérateurs pour 1000 habitants. Ces départements sont le point de départ ou d’arrivée des exportations et importations de déchets. La Carte 2 permet d’apprécier la répartition des récupérateurs par département au Pérou.

Carte 2 : Répartition des récupérateurs au Pérou par département en 2010

Les activités des récupérateurs sont variées allant de la collecte des déchets en porte à porte, à la fouille des décharges municipales. Les acteurs informels sont présents à chaque étape de la chaîne de valorisation des déchets recyclables : la collecte des déchets, leur transport et prétraitement, la commercialisation des matières recyclables, exceptées les étapes de leur transformation et leur export (A. Gerold, 2009 ; M. Durand, 2010).

Définir une typologie de récupérateur n’est pas chose aisée. Au Pérou, dans le langage courant, les récupérateurs sont caractérisés en fonction du matériau qu’ils recyclent. Parmi les dénominations les plus courantes on retrouve les récupérateurs ou recicladores qui collectent et revendent le papier, le carton, le plastique, les boîtes de conserves et les bouteilles en verre, les ferrailleurs ou chatarreros qui achètent et revendent les métaux, les campaneros (du mot campana qui désigne une cloche) qui réalisent le service de collecte des déchets auprès des ménages, les éleveurs de porcs ou chancheros qui récupèrent les déchets organiques pour alimenter leurs animaux (cf Photo 1), les cachineros qui achètent et revendent les appareils électrodomestiques et les meubles hors d’usage, les desmonteros (du mot desmonte qui désigne les déchets du bâtiment) qui assurent le service de collecte des déchets du bâtiment.

Photo 1: Collecte de déchets organiques à la fermeture des restaurants ©M. Rateau, Barranco, 2015

La Loi du Recycleur de 2009 définit le recycleur indépendant comme une personne réalisant la collecte sélective et la commercialisation des déchets recyclables, sans avoir de relation professionnelle avec les entreprises privées de prestation de service ou avec les entreprises de commercialisation des déchets. Dans cette même loi, les récupérateurs formalisés ne doivent récupérer que les déchets non organiques et municipaux. On peut en conclure que les seuls recycleurs reconnus sont les récupérateurs.

[1] MUNICIPALIDAD DE SAN MARTIN DE PORRES, Ordenanza n° 314-MDSMP. Ordenanza municipal programa de formalización de recicladores y recolección selectiva de residuos sólidos en el distrito de San Martín de Porres, Lima, 2011, 16 p.

[2] Ce constat s’appuie sur un travail universitaire réalisé lors du Master 2 de Géographie et Aménagement « Ingénierie des déchets » de l’Université du Maine, en 2014.

Mélanie Rateau

Doctorante / PhD Candidate

More Posts