D) Problématique de la recherche

Cet état de l’art sur les enjeux de la gestion des déchets a mis en avant la nécessité de mettre en place la collecte sélective des déchets recyclables. Au vue de l’importance de la préexistence de l’informel, les autorités locales doivent composer avec ces acteurs. À Lima, les deux modèles de mise en place de collecte sélective avec et sans récupérateurs peuvent s’observer car les municipalités districales sont responsables de la mise en place de la collecte sélective des déchets depuis la Loi du Recycleur de 2009. Elles peuvent opter par une collecte sélective réalisée en régie, par une entreprise privée ou en intégrant et formalisant des récupérateurs. Le Ministère de l’Environnement soutient cette dernière option via le Plan de subventions pour l’amélioration de la gestion et de la modernisation municipale. Théoriquement, cette intégration des récupérateurs est vertueuse du point de vue sanitaire, social et environnemental. Dans ce contexte, il semble intéressant d’orienter la recherche sur la problématique suivante :

  • Problématique : Quels sont les apports du modèle liménien d’intégration des récupérateurs informels dans les expériences d’amélioration de la gestion des déchets par la mise en place de la collecte sélective ?

La réponse à cette problématique reposera sur les trois hypothèses suivantes qui seront validées ou invalidées au cours de la recherche :

  • Hypothèse 1 : Déléguer la collecte sélective aux récupérateurs permet à la municipalité de réduire ses dépenses en gestion des déchets ou au moins d’améliorer le service sans engendrer d’augmentation du budget municipal des déchets.

Cette hypothèse suppose que les dépenses engendrées par la formalisation et par l’intégration des récupérateurs sont couvertes par les économies faites sur la collecte, le transport et l’élimination des ordures ménagères résiduelles.

  • Hypothèse 2 : Formaliser et intégrer les récupérateurs à la gestion publique des déchets permet d’agir sur l’organisation et le renforcement de l’ensemble des acteurs de la filière formelle pérenne de valorisation des déchets recyclables.

Dans cette hypothèse, la formalisation et l’intégration des récupérateurs sont vues non seulement comme une opportunité pour améliorer la collecte des déchets, mais aussi pour organiser et renforcer l’ensemble des acteurs de la filière formelle pérenne de valorisation des déchets. Cette activité doit s’autofinancer et permettre de dégager des profits.

  • Hypothèse 3 : Choisir de travailler avec les récupérateurs permet d’améliorer la gestion des déchets au-delà des seules notions économico-financières.

Cette hypothèse mobilise d’autres concepts que les seules notions économico-financières. L’intégration des récupérateurs permet d’augmenter le taux de contrôle des déchets produits et le taux de couverture du service, de diminuer la part de l’enfouissement au profit du recyclage, d’améliorer la propreté de la voirie et d’offrir des emplois formels. Ainsi, le service de gestion des déchets doit être plus efficace au plan environnemental, sanitaire et social.

Pour étudier les apports du modèle liménien d’intégration des récupérateurs informels dans les expériences de mise en place de la collecte sélective, cette recherche s’attarde prioritairement sur les modèles de gestion des déchets de trois districts de la capitale liménienne : le district de Santiago de Surco qui réalise la collecte sélective via son entreprise municipale de droit privé EMUSS SA et les districts de Comas et de Villa Maria del Triunfo qui formalisent et intègrent à leur gestion les récupérateurs et les centres de commercialisation de déchets. Ces études de cas ainsi que d’autres exemples sont présentés dans la « Partie 3 : Mise en place de la collecte sélective à lima : avec ou sans récupérateur ».

Mélanie Rateau

Doctorante / PhD Candidate

More Posts