B) Collecte sélective et centre de tri municipaux à Santiago de Surco

1)      La gestion des déchets ménagers et assimilés

Un district aisé producteur de déchets

Le district de Santiago de Surco fait partie des districts aisés de la province de Lima. La délimitation de son territoire est sujette à controverse, mais atteint les 45km² pour une population de 355 986 habitants qui génèrent près de 1,14 kg de déchets municipaux par personne et par jour.

Le district de Santiago de Surco se situe dans la ville moderne, au centre de la province de Lima. D’après le calcul des niveaux socio-économiques de l’institut Apoyo de 2005 se basant sur des critères d’éducation, d’emploi et de caractéristiques du logement, Santiago de Surco est de niveau socio-économique aisé. La pauvreté y est présente mais reste marginale en comparaison à d’autres districts liméniens. Près de 3,3% de la population y est en situation de pauvreté dont 0,2% en situation d’extrême pauvreté alors que la moyenne sur la province de Lima est de 17,5% de pauvreté dont 0,8% d’extrême pauvreté.

Les limites administratives du district sont actuellement à l’origine d’un conflit avec le district voisin de Chorrillos. Les deux districts se disputent la zone 9 de Santiago de Surco visible sur la Carte 8 (p62) qui d’après la province de Lima appartiendrait à Chorrillos. Les deux municipalités fournissent leurs services publics dans cette zone, donc nous la prendront en compte dans ce chapitre comme partie intégrante du district. La superficie de Santiago de Surco en incluant cette zone est donc de 45km².

Le district de Santiago de Surco produit 147 817,7 tonnes de déchets municipaux par an, soit 1,14 kg produit par jour et par habitant. La production quotidienne est donc de 404,98 tonnes de déchets municipaux dont 281,29 tonnes de déchets ménagers. D’après le plan de gestion des déchets de la ville, ces déchets ménagers sont composés de près de 51% de matières organiques, près de 32% de déchets recyclables inorganiques et donc près de 17% de déchets non recyclables. Le potentiel de recyclage inorganique atteint approximativement les 32% des déchets ménagers.

Le service de propreté de la voirie et de collecte des DMA en régie

La municipalité de Santiago de Surco fournit les services de propreté de voirie et de collecte des déchets ménagers et assimilés en régie. Pour ce faire, elle emploie 516 personnes en main d’œuvre directe.

Le service de propreté de la voirie fait partie intégrante du service public de gestion des déchets. Il consiste au balayage de la voirie pour collecter les déchets rejetés par le trafic routier, le vent ou déposés par mauvaise habitude. Sont ainsi ramassées 4,69 tonnes par jour, soit 1 711,85 tonnes annuelles pour un coût annuel de 6 048 158,87 Nouveaux Soles[1] (1 732 192,70€) en 2013, soit plus de 3 500 Nouveaux Soles (1002,40€) la tonne.

La municipalité districale de Santiago de Surco assure ce service quotidiennement en régie sur 100% des voies de tous les secteurs sauf la zone n°9 qui est disputée avec Chorrillos. Pour ce faire, elle emploie 12 rippers assurant le ramassage des sacs, 8 chauffeurs et 258 balayeurs sous contrat fixe et 86 balayeurs avec un statut de « contrat administratif de service » dit CAS qui est un contrat de courte durée sans les avantages sociaux du contrat fixe.

Photo 5 : Camion de collecte des déchets de la municipalité © Municipalité de Santiago de Surco, 2015

La municipalité fournit également le service de collecte des déchets ménagers et assimilés en régie. Dans tous les secteurs, excepté le n°9, la collecte des sacs poubelles déposés sur la voirie à heure fixe en soirée, se fait de nuit en porte à porte quotidiennement. Dans la zone n°9, le camion poubelle utilise la méthode de collecte « au klaxon » en journée. C’est-à-dire que le camion klaxonne au fur et à mesure de sa collecte pour que les ménagers et commerçants amènent leurs sacs poubelles au camion. Sont ainsi collectées, 145 566,2 tonnes à l’année.

La municipalité emploie pour le service de collecte des déchets ménagers et assimilés 54 chauffeurs, dont 43 avec un contrat fixe et 11 de statut CAS ; et 98 rippers dont 48 avec un contrat fixe et 50 sous statut CAS. Le coût de la main d’œuvre pour la collecte des déchets atteint les 2 467 892,46 Nouveaux Soles (706 804,40€), sur les 6 875 317,62 Nouveaux Soles (1 969 090,97€) que dépense la municipalité pour le seul service de collecte des déchets en 2013, soit 47,23 Nouveaux Soles (11,61€) par tonne de déchets collectée.

Le service de propreté de la voirie revient cher à la municipalité. Le coût à la tonne collectée par les balayeurs est de près de 3 500 Nouveaux Soles (1 002,40€), contre 47,23 Nouveaux Soles (11,61€) si récupérée par le camion de collecte. Le district de Santiago de Surco est l’un des plus aisés de Lima comme nous l’avons vu précédemment. La municipalité est donc disposée à dépenser pour garder un district propre et attractif.

La collecte des encombrants, le transfert et l’élimination délégués à un prestataire

La municipalité de Santiago de Surco délègue à plusieurs prestataires le service de collecte des déchets encombrants et issus de la construction, le transfert et le transport des déchets jusqu’à leur site d’élimination. Cette ultime étape est également déléguée à un privé.

La municipalité propose un service de collecte et d’élimination des déchets encombrants et issus de la construction bien que ce type de service ne fasse pas partie des obligations municipales définies par la Loi Générale des Déchets de 2000. En effet ces déchets ne sont pas considérés comme des déchets municipaux. L’objectif municipal est d’éviter la présence de décharges sauvages sur le territoire districal. Ainsi sont récupérés et éliminés les déchets encombrants et issus de la construction abandonnés sur la voirie, dans les points de regroupement des déchets, issus des campagnes de nettoyage ou si un citoyen en fait la demande. La réalisation de ce service est déléguée à une entreprise privée Roveve SRL pour un coût annuel de 1 850 550 Nouveaux Soles (529 997,52€).

Le service de collecte des déchets ménagers et assimilés est fourni en régie par la municipalité, comme dit précédemment. Une fois la collecte terminée, les camions se dirigent au centre de transfert privé de l’entreprise Diestra-Patresol. Là, les camions de collecte vident leur contenu dans des camions bennes qui transporteront les déchets jusqu’au site d’élimination. Sont ainsi transférées et transportées 145 565,65 tonnes par an, pour un coût de 4 027 798,80 Nouveaux Soles (1 153 561,58 €), soit un coût à la tonne de 27,67 Nouveaux Soles (7,92€).

Tableau 1 : Coût de la gestion des déchets municipaux à Santiago de Surco en 2013
Sur l’année 2013 Coût unitaire (Nouveaux Soles) Tonnage Coût total (Nouveaux Soles)
Propreté de la voirie en régie 3 500 1 711,85 6 048 158,87
Collecte des déchets en régie 47,23 145 566,2 6 875 317,62
Transfert par un prestataire 27,67 145 565,65 4 027 798,80
Enfouissement par un prestataire 11,67 143 846,5 1 678 249,50
Total 130 143 846,5 18 629 524,79
Total hors propreté de la voirie 88,5 142 134,6 12 581 365,80
Source : Municipalité de Santiago de Surco (2013)

Le site d’élimination final choisi par la Municipalité de Santiago de Surco est le centre d’enfouissement Huaycoloro de l’entreprise Petramas. Ce centre d’enfouissement, présenté précédemment, est le premier du Pérou à bruler les biogaz produit par les déchets. Sont ainsi enfouies 143 846,5 tonnes de déchets chaque année, pour un coût de 1 678 249,50 Nouveaux Soles (480 650,66€), soit 11,67 Nouveaux Soles (3,34€) par tonne en 2013.

Les étapes du transfert, du transport et de l’élimination sont déléguées à des prestataires privés. En raison de l’importance de l’éloignement du centre d’enfouissement, le transfert des déchets des camions de collecte aux camions bennes de plus grandes capacités permet de minimiser le coût du transport.

2)      La mise en place de la collecte sélective municipale

Un district précurseur

La municipalité de Santiago de Surco a lancé une campagne de sensibilisation accompagnée d’un programme de tri des déchets en 2001, soit seulement une année après la parution de la Loi Générale des Déchets de 2000.

En 2001, la municipalité a lancé une vaste campagne de sensibilisation dont l’objectif toujours en vigueur aujourd’hui, est d’inciter les ménages à mieux gérer leurs déchets en prenant conscience de leurs impacts sur l’environnement. En parallèle, a débuté un programme de tri des déchets à la source, soit au sein même des foyers, en vue de leur collecte sélective par l’entreprise municipale de droit privé EMUSS SA créée cette même année avec l’appui financier de l’Union Européenne via le projet URB-AL III[2].

Ce district précurseur est aujourd’hui cité en exemple par la Municipalité provinciale de Lima dans le Plan intégrale de gestion des déchets : « Cependant, des expériences comme celle de la municipalité de Surco prouve qu’une chaine de valorisation des déchets et de recyclage organisée et formelle est pérenne[3]. » (MML, 2014, p107)

Photo 6 : Nettoyage des sacs et films plastiques destinés au recyclage © M. Rateau, Santiago de Surco, 2015

Depuis 2010, la municipalité cherchant à rester innovante, a débuté un programme de recyclage des sacs et films plastiques en sacs poubelles orange, visibles sur les photos : Photo 6, Photo 7et Photo 8. Ces sacs orange sont ceux distribués à la population pour qu’elle y sépare les déchets recyclables destinés à la collecte sélective. D’après les estimations de la municipalité, 1 444 000 sacs ont été produits en 2013. La municipalité n’ayant plus à acheter des sacs de tri sélectif, économise 316 800 Nouveaux Soles (90 731,52€). Le slogan de la campagne de sensibilisation s’est adapté et est devenu « À Surco, la poubelle sert : le sac qui continuera d’être sac » pour mettre en avant le cercle vertueux du recyclage.

Photo 7 : Fonte du plastique pour en faire un granulé de matière première © M. Rateau, Santiago de Surco, 2015

Photo 8 : Rouleau de sacs poubelles oranges du programme municipal © M. Rateau, Santiago de Surco, 2015

La municipalité de Santiago de Surco a été pionnière dans la mise en place de la collecte sélective avant même la parution de la Loi du Recycleur de 2009. Aujourd’hui, la collecte sélective étant imposée par la Loi, la municipalité a investi pour recycler via son entreprise municipale, les sacs poubelles en nouveaux sacs à la couleur orange du programme.

EMUSS SA : entreprise municipale de droit privé

L’entreprise municipal EMUSS SA a été créée par la municipalité de Santiago de Surco par l’Accord de Conseil n°20-2001-ACSS le 10 avril 2001 avec comme mission générale l’amélioration de la qualité de vie des habitants du district. Il s’agit d’une entreprise municipale de droit privé qui est autonome sur le plan administratif et économique et dont les salariés dépendent du régime professionnel privé. La municipalité reste l’autorité suprême car elle est actionnaire majoritaire.

EMUSS SA n’est pas seulement dédiée à la gestion des déchets recyclables. Elle compte parmi ses compétences, la gestion de la clinique médicale du district, du club de tennis, du parc de l’amitié et des déchets recyclables. Ses revenus proviennent de la réalisation des activités en lien avec ces domaines de compétence.

Le Conseil Général des actionnaires, qui n’est autre que la seule municipalité de Santiago de Surco, est l’organe responsable de la nomination des membres du Directoire. Il peut modifier le statut social ainsi que le capital, donner des ordres. Pour toutes décisions menant à la transformation de la société, EMUSS SA doit obtenir l’accord du Conseil Général des actionnaires. Ce conseil n’est pas le seul moyen d’intervention de la municipalité. L’Organe de contrôle institutionnel de la municipalité vérifie que l’entreprise mobilise les moyens nécessaires pour atteindre ses objectifs institutionnels. Il vérifie notamment la bonne gestion et utilisation de son budget.

La municipalité districale a créé une entreprise municipale pour lui déléguer la gestion des déchets recyclables, ainsi que d’autres services qui lui ont été délégués par la suite. Cette entreprise est de droit privé, mais la municipalité en garde le contrôle au moyen du Conseil Général des actionnaires et de l’Organe de contrôle institutionnel de la même municipalité.

Le PSF-RS de la municipalité

Au-delà de l’existence de l’entreprise municipale chargée de la gestion des déchets recyclable, la municipalité conserve l’obligation de mettre en place un PSF-RS. Sa mise en œuvre est donc plus ambiguë que dans les autres districts du fait de l’existence maintenant consolidée de l’entreprise municipale. Santiago de Surco a donc l’obligation de travailler avec les récupérateurs informels. Pour cela, l’une de ses obligations première est de mettre en place une campagne de sensibilisation, étape incontournable pour la collecte sélective, est mise en œuvre par la municipalité.

La campagne de sensibilisation « À Surco, la poubelle est utile » existant depuis 2001 n’a pas été déléguée à l’entreprise EMUSS SA bien qu’étape essentielle de la mise en place de la collecte sélective des déchets recyclables car la sensibilisation peut aller au-delà de la seule thématique du recyclage. Pour mener à bien son PSF-RS la municipalité envoie ses promoteurs environnementaux faire du porte à porte pour présenter le programme, inciter les ménages à y participer et les y inscrire. La liste de ces foyers sera ensuite remise à l’entreprise EMUSS SA.

La campagne de sensibilisation passe également par des outils de communication tels que les « routes vertes », les « écoles itinérantes d’éducation environnementales » et des visites et formations sur demande. Les « routes vertes » sont des circuits proposés aux ménages inscrits au PSF-RS pour visiter des installations municipales tels que les jardins vivriers, l’installation de traitement de l’eau du fleuve et le centre de tri de l’entreprise municipale. Les « écoles itinérantes d’éducation environnementale » reprend le même circuit de visite accompagné d’ateliers, mais à destination d’un public scolaire et des agents municipaux. La municipalité peut aussi intervenir sur demande auprès des particuliers, des universités, des entreprises et toutes autres institutions sur des thèmes environnementaux.

Pour mener à bien son PSF-RS la municipalité a dépensé en 2013, 2 515 470 Nouveaux Soles (720 430,61€). Parmi les postes de dépenses, on retrouve la campagne de sensibilisation, la construction de conteneurs enterrés de tri sélectif, la formation du personnel municipal et de l’entreprise municipale, la mise en place d’un centre d’attention pour recevoir les plaintes des ménages inscrits au programme… Cette même année, la municipalité a perçu 362 032 Nouveaux Soles (103 685,96€) de subvention du Ministère de l’environnement dans le cadre du plan de subvention pour l’amélioration de la gestion et de la modernisation municipale.

La collecte sélective, le tri et la revente par EMUSS SA

L’entreprise municipale planifie et réalise la collecte sélective, le tri des déchets puis leur revente. Elle réalise également le recyclage des sacs et films plastiques en sacs poubelles orange.

Une fois réalisée la campagne de sensibilisation, la municipalité transmet à EMUSS SA la liste des nouveaux ménages inscrits au programme. L’entreprise planifiera une nouvelle route de collecte et un de ses camions s’y rendra une fois par semaine. La collecte se réalise tant auprès des ménages que des commerces et industries. Les camions passent une musique que les foyers inscrits au programme ont choisie, les familles remettent leur sac de déchets recyclables et les rippers donnent en échange un sac orange. Une fois plein, ils rentrent au local d’EMUSS SA pour vider leur cargaison.

Les sacs de déchets sont pesés puis dirigés vers la plateforme de tri. Le carton et le verre sont les premiers matériaux triés, un par facilité en raison de son volume et l’autre pour des raisons de sécurité. Le contenu des sacs est vidé sur le tapis roulant et 14 personnes effectuent le tri des déchets depuis la plateforme. D’autres opérateurs en poste en contrebas de la plateforme, reçoivent ses déchets, les mettent sous presse et les stockent dans la zone de commercialisation. Les entreprises exportatrices ou les industries de transformation viendront acheter ces déchets. Les refus de tri seront collectés par les camions municipaux de collecte des déchets ménagers et assimilés.

Photo 9 : Plateforme de tri de l’entreprise EMUSS SA © M. Rateau, Santiago de Surco, 2015

Photo 10 : Compactage des déchets triés à EMUSS SA © M. Rateau, Santiago de Surco, 2015

Photo 11 : Vente des déchets recyclables par EMUSS SA © M. Rateau, Santiago de Surco, 2015

Les sacs et films plastiques ne sont pas destinés à la commercialisation, mais à leur recyclage en sacs plastiques orange au sein même du local d’EMUSS SA. Les sacs et films plastiques sont lavés. Les films plastiques sont relativement propres. Il s’agit seulement d’enlever leurs étiquettes, mais les sacs orange de tri doivent être lavés. Une première machine va ensuite fondre la matière pour en faire des filaments qui seront découpés sous forme de granulés. Ces granulés additionnés d’un colorant orange, serviront de matière première à la dernière machine du processus, fabricant les sacs plastiques.

Le centre de tri de l’entreprise municipale est aujourd’hui sous dimensionné. La municipalité a pour projet la création d’un nouveau centre de tri automatisé qui quadruplerait les capacités actuelles.

3)      La difficile intégration des récupérateurs

Une planification en faveur de l’intégration des récupérateurs informels

Le Plan de gestion des déchets et le Programme de tri et de collecte sélective des déchets de la municipalité de Santiago de Surco établissent parmi leurs orientations stratégiques la formalisation et l’intégration des récupérateurs à la gestion municipale. Pour autant la municipalité, ayant des moyens financiers propres importants, n’a ni la nécessité, ni la volonté réelle d’appliquer ce programme.

Le Plan de gestion des déchets de Santiago de Surco date de 2011. La sixième ligne politique (page 99) est formulée ainsi : « Promouvoir la formalisation des trieurs, des récupérateurs et des autres acteurs qui participent à la gestion des déchets[4] ». Cette action devait être menée à bien durant le troisième et quatrième trimestre de l’année 2011, d’après ce document de planification. Le calendrier n’a pas été respecté, mais le PSF-RS datant de 2012 reprend cet objectif en établissant plus précisément ses modalités d’application.

Le PSF-RS de la municipalité définit la répartition des zones de collecte entre l’entreprise municipale et les récupérateurs formalisés. Les récupérateurs seront responsables de la collecte sélective de l’ensemble de la zone 9 et des logements collectifs dans la zone 2 puis progressivement de ceux dans les zones 5, 7 et 8. D’après le programme, il n’est pas facile en logement collectif de conserver une semaine ses déchets recyclables. C’est pour cela que l’entreprise municipale n’assurera ni la collecte sélective de ces immeubles, ni la collecte de la zone 9 qui fait l’objet d’un conflit territorial avec le district voisin.

La municipalité planifie la formalisation et l’intégration des récupérateurs depuis 2011 via le Plan de gestion des déchets, puis en 2012 au moyen du PSF-RS. Récemment en 2013, une ordonnance de formalisation des récupérateurs a été rédigée, mais elle n’est pas encore signée. Il semblerait que la municipalité attende d’être obligée légalement à intégrer les récupérateurs pour enfin appliquer ce qu’elle a déjà planifié. Peut-être que le nouvel objectif du Ministère de l’Environnement obligeant à formaliser les récupérateurs informels, pour obtenir les subventions du Ministère des Économies et Finances, va motiver la municipalité de Santiago de Surco.

Des récupérateurs seulement semi-formalisés

L’intégration des récupérateurs fait partie des projets en cours de la municipalité de Santiago de Surco mais son application se fait attendre. Les récupérateurs du district connaissant les expériences d’autres districts ont entamé des négociations avec la municipalité.

L’association des récupérateurs de Santiago de Surco est née en 2010 grâce à la Fédération Nationale des Récupérateurs, Fenarep. En effet, un des membres de la Fenarep est un récupérateur de l’association de Santiago de Surco. Cette association est légalement enregistrée au registre public sur conseil de la Fenarep et compte 40 membres. Il y a 3 ans, connaissant l’existence de la Loi du Recycleur de 2009 et les expériences de formalisation d’autres districts, les récupérateurs se sont rendus à la municipalité pour demander à être reconnus et intégrés à la gestion des déchets. La municipalité n’a ni besoin de les formaliser car ils sont déjà enregistrés au registre public, ni besoin de les former car ils ont suivi les cours délivrés par le Ministère de l’Environnement, le Ministère du travail et la Municipalité provinciale de Lima.

Suite à leur requête et à de multiples négociations, l’association de récupérateurs a obtenu le droit de travailler dans 3 secteurs du district, le 1, 2 et 9, selon les conditions définies par la municipalité. Ils ont le droit d’exercer seulement de nuit, pour ne pas faire concurrence à EMUSS SA. Les récupérateurs vont faire du porte à porte pour sensibiliser les ménages à l’importance du tri sélectif sans l’appui de promoteurs environnementaux, puis vont dans les zones durant la nuit, avec leur moto ou tricycle (cf Photo 12). Ils récupèrent les sacs poubelles de déchets recyclables ou ouvrent les sacs de déchets ménagers pour récupérer la matière recyclable. La municipalité s’est engagée auprès de l’association de récupérateurs à leur fournir un local pour qu’ils ne commercialisent plus leurs déchets à des intermédiaires informels. Elle commence également à lutter contre la récupération informelle réalisée tant par les récupérateurs informels que par les rippers des camions de collecte municipaux qui sortent également de nuit.

Photo 12 : Récupérateur de Santiago de Surco luttant pour sa formalisation © M. Rateau, Santiago de Surco, 2015

Lors de la création d’EMUSS SA, la municipalité s’était déjà rapprochée des récupérateurs en leur proposant un travail au centre de tri. Certains ont accepté mais ont rapidement abandonné. Le salaire n’était pas suffisant pour faire vivre leurs familles et ils continuaient à sortir récupérer les déchets recyclables durant la nuit. Ce rythme de vie était trop épuisant et ils ont donc préféré abandonner le centre de tri. Aujourd’hui les récupérateurs sont toujours en contact avec l’entreprise municipale. Lorsqu’elle n’arrive pas à vendre ses déchets, les récupérateurs les lui rachètent. Ils ont par exemple acheté trois fois les stocks de papiers blancs d’EMUSS SA pour les revendre à leurs centres de commercialisation habituels. La municipalité avait proposé une relation commerciale inverse au début des négociations, mais les récupérateurs ont immédiatement refusé de vendre à un prix fixé par EMUSS SA ne respectant pas les prix du marché. Les entreprises d’exportation et les industries de transformation, derniers maillons de la chaîne de valorisation des déchets, revendent les déchets ou les nouveaux produits en fonctions des cours internationaux. Chaque variation de leurs prix va impacter tous les acteurs de la chaîne de valorisation.

Les récupérateurs bien qu’appuyés par la Fenarep, elle-même appuyée par le Réseau de Récupérateurs d’Amérique Latine, n’ont obtenu de la municipalité qu’une semi-formalisation, n’étant pas reconnus officiellement au niveau districal par absence d’ordonnance de formalisation.

4)      Logique spatiale centralisatrice à Santiago de Surco

La gestion des déchets à Santiago de Surco suit une logique centralisatrice, en particulier pour les déchets recyclables qui sont collectés formellement par la seule entreprise municipale qui les vendra par grandes quantités directement aux consommateurs finaux.

La spatialisation de la gestion des déchets municipaux et des déchets recyclables de Santiago de Surco est reprise par la Carte 8. Les déchets ménagers et assimilés sont collectés par les camions de collecte qui se rendent au local du service environnemental de la municipalité. Ils y sont pesés avant de se rendre au centre de transfert qui se trouve dans le district de Villa el Salvador. De là, repartent les camions bennes jusqu’au site d’enfouissement Huaycoloro dans la province du Huarochiri. Les déchets ménagers et assimilés sont donc amenés une première fois au nord du district, puis dans un autre district au sud et dans une autre province au nord. Du local du service municipal jusqu’au centre d’enfouissement, 54 km sont parcourus.

Carte 8 : Spatialisation de la gestion des déchets à Santiago de Surco

Les déchets recyclables collectés par l’entreprise EMUSS SA suivent des parcours distincts en fonction du type de matériau. Dans cet exemple, est cartographié le trajet d’un déchet de type papier. Une fois collecté, ce déchet est amené au centre de tri de l’entreprise municipale pour être trié, pressé puis vendu. Le principal acheteur de déchets papiers est Papelera del Sur, producteur d’emballages en carton. Cette entreprise de transformation se trouve dans le district de Lurin. Les déchets papiers suivent un parcours de 31 km. À Santiago de Surco, les déchets des zones 1, 2 et 9 (en orange sur la carte) sont collectés par les récupérateurs semi-formels du district. Reprenons l’exemple des déchets papiers : ils seront vendus à un centre de commercialisation de proximité dans le district de Chorillos, puis à l’entreprise de commercialisation Provesur du même district et enfin revendus à l’entreprise Papelera del Sur. Les déchets passent par deux intermédiaires avant d’arriver à l’entreprise de transformation, pour un total de 27 km.

Les déchets ménagers et assimilés sont donc conduits vers les périphéries du district puis vers la périphérie de la province de Lima. En effet le centre d’enfouissement étant consommateur d’espace foncier, il se trouve là où il y a de l’espace. La municipalité de Santiago de Surco aurait pu envoyer ses déchets au centre d’enfouissement Portillo Grande (cf Carte 5, p37) étant le plus proche, mais a préféré le Huaycoloro pour son système de captation et brûlage des biogaz. Quant aux déchets pris en charge formellement par EMUSS SA, ils sont centralisés vers le centre de tri avant d’être commercialisés directement aux entreprises d’exportation et aux industries de transformation sans passer par un intermédiaire.

[1] Les chiffres présentant les dépenses municipales sont tirées du rapport technique pour la détermination des taxes locales pour l’année 2014 de la municipalité de Santiago de Surco. Les tonnages cités sont extraits du plan de gestion des déchets de la municialité de Santiago de Surco de 2012.

[2] Page internet du projet : www.urb-al3.eu

[3] Version originale: Sin  embargo, experiencias  como  la  de la  Municipalidad  de Surco  evidencian  que una cadena organizada y formal de reaprovechamiento y reciclaje de residuos inórganicos es viable.

[4] Version originale : Promover la formalización de los segregadores y recicladores y otros actores que participan en el manejo de los residuos sólidos.

Mélanie Rateau

Doctorante / PhD Candidate

More Posts