D) Remaniement des politiques de gestion des déchets à Villa Maria del Triunfo

1)      La gestion des déchets ménagers et assimilés

Un district de niveau socio-économique pauvre aux déchets principalement organiques

Le district de Villa Maria del Triunfo situé au sud de la province de Lima fait partie des districts de niveau socio-économique pauvre selon l’institut Apoyo. Sa production de déchets se démarque des autres districts par la part importante des déchets organiques.

Le district de Villa Maria del Triunfo s’étend sur 70,57 km² et son altitude se situe entre 200 et 1000 mètres au-dessus du niveau de la mer. La construction des quartiers populaires aujourd’hui consolidés, s’est faite sur les flancs de montagnes. À la différence du district de Comas, la pression démographique n’y est pas aussi importante et les autorités locales empêchent toutes nouvelles constructions sur ces terrains.

D’après l’institut Apoyo de 2005, Villa Maria del Triunfo est de niveau socio-économique pauvre. En effet, la pauvreté y est bien plus importante que dans le reste de la province de Lima. C’est 27,1% de la population qui y vit en situation de pauvreté, dont 1,6% en extrême pauvreté, alors que la moyenne de la province de Lima est de 17,5% de pauvreté dont 0,8% d’extrême pauvreté.

Le district de Villa Maria del Triunfo produit 125 541,8 tonnes de déchets municipaux par an pour une population de 464 176 habitants en 2014, soit 0,74 kg produit par jour et par habitant (MML, 2014). La production quotidienne est donc de 343,95 tonnes par jour, dont 264,58 tonnes de déchets ménagers. D’après le Plan de Gestion des Déchets du district, ces déchets ménagers sont composés de près de 56% de matières organiques, près de 18% de déchets inorganiques recyclables et donc près de 26% de déchets non recyclables. Ce district se démarque des districts précédemment étudiés par sa faible production de déchets et la part importante des déchets organiques.

Une gestion des déchets défaillante en prestation mixte

La municipalité de Villa Maria del Triunfo fournit le service de propreté de la voirie en régie et le service de collecte des déchets en prestation mixte. Les étapes de transfert et d’élimination sont déléguées à des prestataires privés.

La municipalité districale de Villa Maria del Triunfo réalise le service de propreté de la voirie en régie. Les huit avenues principales sont balayées quotidiennement et les six autres axes majeurs, deux fois par semaine. Le service couvre ainsi 30% de la voirie du district (MML, 2014). La municipalité emploie 55 balayeurs avec un contrat CAS, soit un contrat de courte durée sans les avantages sociaux du contrat fixe. Sont ainsi ramassées 5,81 tonnes par jour, soit 2 120,65 tonnes annuelles pour un coût annuel de 684 135 Nouveaux Soles (195 799,44€) en 2013, soit plus de 322 Nouveaux Soles (92,16€) la tonne.

Tableau 3 : Coût de la gestion des déchets municipaux à Villa Maria del Triunfo en 2013
Sur l’année 2013 Coût unitaire (Nouveaux Soles) Tonnage Coût total (Nouveaux Soles)
Propreté de la voirie en régie 322 2 120,65 684 134,68
Collecte des déchets en prestation mixte 41,84 88 400 3 698 429,57
Transfert et enfouissement privés 29,11 96 973,2 2 823 016,80
Total 74,30 96 973,2 7 205 581,05
Total hors propreté de la voirie 68,7 94 852,55 6 521 446,40
Source : Municipalité de Villa Maria del Triunfo (2013)

Le service de collecte des déchets est réalisé en régie dans 3 zones et par le prestataire privé Diestra dans les 4 autres zones que compte le district. La collecte est assurée tous les jours, même les jours fériés. La municipalité emploie 50 chauffeurs, dont 15 avec un contrat fixe et 35 de statut CAS ; et 108 rippers dont 20 avec un contrat fixe et 88 sous statut CAS. Le coût total du service de collecte des déchets en 2013 est de 3 698 429,57 Nouveaux Soles (1 058 490,54€) pour une collecte annuelle de 88 400 tonnes, soit une dépense de près de 42 Nouveaux Soles (12,02€) la tonne collectée. Une fois la collecte assurée, les camions se rendent au centre de transfert de l’entreprise Arguelles. Puis les camions bennes amènent les déchets à leur destination finale, le centre d’enfouissement Portillo Grande de l’entreprise Relima. Sont transférées et enfouies 96 973,2 tonnes par an pour un coût annuel de 2 823 016,80 Nouveaux Soles (807 947,41€), soit plus de 29 Nouveaux Soles (8,30€) par tonne.

Ce système de gestion des déchets a fonctionné jusqu’aux élections de fin 2014 et à l’élection d’un nouveau parti politique. La collecte n’atteignait officiellement que 70%, de couverture mais d’après un ingénieur de la municipalité, la réalité est plus proche de 60%. De plus, 40% des déchets collectés provenaient des points d’accumulation temporaires (cf Photo 21). D’après l’ingénieur municipal, ces déchets proviennent de près de 350 quartiers précaires formels des flancs de montagnes où les camions ne peuvent se rendre. La difficulté d’accès due au relief n’est pas la seule difficulté que rencontre le service municipal de gestion des déchets. Le taux de taxes locales non payées pèse lourd, atteignant les 80%. Cette situation critique a conduit le Ministère de la Santé à classer le district en état d’urgence sanitaire fin 2014.

Photo 21 : Un des nombreux points d’accumulation de déchets du district © M. Rateau, Villa Maria del Triunfo, 2015

Vers la fin de la privatisation du service

Pour faire face à la situation d’urgence sanitaire, la nouvelle gestion politique a délégué la totalité du service de collecte à un prestataire privé pour par la suite passer à un service exclusivement en régie.

La municipalité de Villa Maria del Triunfo a rompu son contrat qui l’unissait au prestataire privé de collecte des déchets, début 2015. Un nouveau prestataire, l’entreprise Mega Pack a été choisi dans l’urgence pour assurer le service de collecte pendant que la municipalité acquiert de nouveaux camions et emploie de nouveaux salariés. Ce contrat s’élève à 75 Nouveaux Soles par tonne collectée, transférée et enfouie.

Cette délégation totale du service de gestion des déchets à une entreprise privé est temporaire. La municipalité compte fournir le service de collecte en régie. Pour cela, elle a acheté en juillet 2015, 10 camions de collecte pour un montant de 3 128 890 Nouveaux Soles (895 488,32€). Le maire affirme[1] que 10 autres camions seront achetés en août. Ces camions ne pourront assurer la collecte des quartiers construits sur les flancs de collines, l’ingénieur responsable de la gestion des déchets explique que des moto-fourgons devront également être achetés pour atteindre ces parties du district.

Photo 22 : Présentation officielle des nouveaux camions de collecte © Municipalité de Villa Maria del Triunfo, 2015

Le transfert des déchets du camion de collecte au camion benne est une étape essentielle pour minimiser les dépenses de transport. Cette étape devrait également faire l’objet d’une « dé- privatisation ». Pour ce faire, la municipalité est en train de remettre en service deux camions bennes et entame des négociations avec l’Union Nationale des Cimentiers (UNACEM) présente sur son territoire de juridiction pour qu’elle lui mette à disposition un terrain où construire un centre de transfert.

Le modèle de gestion des déchets de Villa Maria del Triunfo suit une logique de « dé-privatisation » alors que la Loi Générale des Déchets de 2000 priorise la prestation privée des services.

2)      Un PSF-RS en perte de vitesse

Le PSF-RS municipal en faveur de l’intégration des récupérateurs

La municipalité a mis en place un PSF-RS depuis 2012 en partenariat avec l’ONG Ciudad Saludable et les récupérateurs. La municipalité se charge principalement de la sensibilisation en porte à porte pour qu’ensuite les récupérateurs assurent la collecte sélective.

Le PSF-RS de Villa Maria del Triunfo a été approuvé par le décret du maire n°002-2014/MVMT le 15 avril 2014. Choisir de l’approuver par décret signé par le seul maire plutôt que par ordonnance municipale permet à cette municipalité d’ajuster chaque année son programme à l’objectif de recyclage du Plan de Subvention. Ainsi, le PSF-RS de l’année 2014, se dénomme « Programme de tri et de collecte sélective des déchets ménagers auprès de 25% des foyers urbains du district de Villa Maria del Triunfo ».

Ce sont 3 des 7 zones que compte le district qui participent au PSF-RS. Pour mener à bien ce programme, la municipalité emploie un responsable du programme et 10 étudiants chargés de la sensibilisation en porte à porte sur 10 mois. Les dépenses en main d’œuvre s’élèvent à 90 000 Nouveaux Soles (25 758€) sur l’année 2014 (MVMT, 2014). Les autres frais sont dus à l’achat de matériel de sensibilisation, des uniformes et équipements de sécurités des récupérateurs, du matériel de bureau et les sacs jaunes du tri sélectif. Le coût total sur l’année 2014 du PSF-RS est de 208 796 Nouveaux Soles (59 757,42€) pour 51,36 tonnes collectées par les récupérateurs formalisés, soit 4 065 Nouveaux Soles (1 163,40€) par tonne.

Les résultats de ce PSF-RS ne sont pas ceux espérés. Non seulement, les tonnages annuels sont faibles, mais le nombre de récupérateurs assurant la collecte sélective reste marginal. Sur les 13 membres de l’association, seulement 8 participent activement au PSF-RS.

Partenariat avec l’ONG Ciudad Saludable et l’UNACEM

L’ONG Ciudad Saludable a commencé en 2012 son projet « Pro-Reciclador » soit « Pro-Récupérateur » dans le sud et l’ouest de Lima. Ce projet concerne les districts de Villa el Salvador, San Juan de Miraflores, Villa Maria del Triunfo, Chorrillos, Barranco et Miraflores. Il est financé non pas par ces districts, mais par l’UNACEM.

Le projet « Pro-Récupérateur » que Ciudad Saludable a implanté à Villa Maria del Triunfo en partenariat avec la municipalité, est un modèle de mise en place du PSF-RS distinct de celui de l’ONG Alternativa. Les récupérateurs sont formalisés et intégrés au PSF-RS pour assurer la collecte sélective des ménages ainsi que des commerces et autres producteurs de déchets assimilés aux déchets ménagers. En échange de leur participation au PSF-RS, la municipalité leur remet un bon de réduction valable sur les taxes locales. Le « bon vert » est équivalent à une remise de 10% sur ces taxes. L’ONG implante ce modèle et forme les récupérateurs.

Une partie de l’uniforme des récupérateurs, des sacs jaunes de tri et du matériel de sensibilisation, ainsi que le projet « Pro-Récupérateur » n’est pas financé directement par l’ONG mais par l’UNACEM. L’union des cimentiers dispose d’un programme de responsabilité socio-environnementale pour investir dans des projets socio-environnementaux et ainsi être certifiée. Grâce à son investissement dans le projet « Pro-Récupérateur », elle a notamment reçu la certification nationale GALS, Gestion Ambiental Local para el Desarrollo Sostenible, soit Gestion environnementale locale pour un développement durable.

De 2012 à fin 2014, date des élections municipales, le PSF-RS de Villa Maria del Triunfo a fonctionné en partenariat avec l’ONG et l’UNACEM. Malheureusement, le bon de réduction n’a jamais été effectif et les ménages, commerces et institutions ont peu à peu abandonné la collecte sélective et une partie des récupérateurs s’est également retirée.

Intégration des récupérateurs informels

Les récupérateurs formels de Villa Maria del Triunfo sont chargés de la collecte sélective au sein du PSF-RS. L’ordonnance n°155/MVMT de 2012 définit les conditions de leur formalisation.

Sur les six associations qui existaient dans le district en 2010 lors du recensement précédent la rédaction de l’ordonnance, seule une association participe au PSF-RS. Les 10 membres de l’association Las Palmeras, doivent, d’après l’ordonnance de 2012, réaliser la collecte sélective en porte à porte une fois par semaine dans leurs zones attribuées en remettant un sac de tri jaune en retour. Ils se rendent à leur zone en uniforme, financé à 70% par l’UNACEM et 30% par le récupérateur, et en tricycle ou moto-fourgon. Sur la Photo 23, on peut voir un récupérateur de Las Palmeras en uniforme avec sa moto aux couleurs de l’association. Une fois collectés, les déchets recyclables sont stockés dans un local de l’association que la municipalité leur met à disposition gratuitement, avant d’être vendus à un centre de commercialisation.

Photo 23 : Récupérateur de l’association Las Palmeras © M. Rateau, Villa Maria del Triunfo, 2015

D’après le dernier PSF-RS de 2014, les 10 récupérateurs du district couvrent une zone de 22 120 foyers, soit plus de 2 212 par récupérateur. Assurer la collecte d’autant de ménages est impossible, d’autant plus que les commerces et institutions ne sont pas comptabilisés. Au regard du faible tonnage de déchets recyclables récupérés par l’association, seulement 51,3 tonnes par an, il semble peu probable que l’ensemble des foyers inscrits au PSF-RS participent dans les faits.

Pour mener à bien le PSF-RS, la municipalité devrait formaliser de nouveaux récupérateurs. Sur plus de 1 230 récupérateurs informels que compte le district (Ciudad Saludable, 2010), seulement 10 sont formalisés, soit moins de 1% des récupérateurs.

3)      Remaniement de la politique d’application du PSF-RS

Nouveau maire et nouvelle ordonnance d’application du PSF-RS

Le PSF-RS de la municipalité de Villa Maria del Triunfo n’a atteint que partiellement les objectifs du MINAM. Pour remédier à ce problème et inciter à nouveau les foyers, les commerçants et les récupérateurs à participer activement à la collecte sélective, la gestion politique entrante a choisi d’adopter une nouvelle ordonnance.

L’ordonnance municipale n°191-MVMT de 2015 approuve le nouveau PSF-RS du district. Cette ordonnance fait également évoluer le « bon vert » en « bon écologique de Villa Maria del Triunfo » qui n’est plus un remise de 10% mais de 20%. L’idée est de compenser les années précédentes de l’ancien bon vert jamais appliqué. Dans l’ordonnance il est détaillé que cette incitation financière a non seulement l’objectif d’inciter les producteurs de déchets recyclables à les remettre aux récupérateurs, mais cherche également à motiver de nouvelles association de récupérateurs à participer au PSF-RS.

L’ordonnance fixe également des sanctions contre les « pollueurs ». Il s’agit d’amendes environnementales contre les personnes morales et les personnes physiques ne gérant pas correctement leurs déchets, par exemple, qui ne respectent pas l’interdiction de remettre leurs déchets aux récupérateurs informels.

Vers un renforcement de la coopération avec les récupérateurs formels

La municipalité districale de Villa Maria del Triunfo doit faire face à des désistements des récupérateurs. En 2015, l’association Las Palmeras compte 16 membres, mais seulement 8 participent au PSF-RS.

Une des raisons pour laquelle les foyers et commerces ont arrêté de remettre leurs déchets aux récupérateurs est due au précédent « bon vert » jamais appliqué. Ces personnes mécontentes ont abandonné le programme et ont accusé les récupérateurs de ne pas effectuer correctement leur travail, de ne pas signaler leur participation à la municipalité et que c’était par conséquence de la faute du récupérateur que la réduction des taxes locales ne leur a jamais été accordé. Les récupérateurs ont pour cela abandonné le programme. Malgré l’adoption d’une nouvelle ordonnance, ni les foyers et commerces, ni les récupérateurs ne font confiance en la nouvelle gestion politique.

Photo 24 : Promoteurs environnementaux participant à la collecte sélective © M. Rateau, Villa Maria del Triunfo, 2015

La municipalité a donc repris la campagne de sensibilisation et l’inscription des participants depuis le début, sans prendre en compte les précédents recensements. Elle a également décidé que ses promoteurs environnementaux accompagneraient les récupérateurs sur le terrain lors des premiers mois de collecte (cf Photo 24). L’objectif est de démontrer que le récupérateur est appuyé par la municipalité, mais surtout de défendre la nouvelle politique de valorisation des déchets. Les promoteurs environnementaux frappent de porte à porte, comme le récupérateur, pour collecter les sacs jaunes de tri. Les foyers, commerces et autres institutions participants sont identifiés par un autocollant sur leur porte. Pour ceux remettant leurs sacs chaque semaine, le récupérateur donnera leurs coordonnées pour qu’ils bénéficient du bon de réduction.

À long terme, les centres de commercialisation devraient être intégrés au PSF-RS. Cette année, la politique a pour vocation la consolidation du programme en formalisant de nouveaux récupérateurs et en inscrivant de nouveaux foyers et commerces, mais par la suite, l’étape de la commercialisation sera pris en compte dans le futur PSF-RS.

4)      Un district proche des installations de gestion et de valorisation des déchets

Le district de Villa Maria del Triunfo se trouve dans le Sud de la province de Lima, à la périphérie du centre urbain, tout comme les installations de gestion et de valorisation des déchets. Ce qui explique le peu de distance parcourue par les déchets issus du tri sélectif et les ordures ménagères résiduelles.

Carte 10 : Spatialisation de la gestion des déchets à Villa Maria del Triunfo

La spatialisation de la gestion des déchets municipaux et des déchets recyclables de Villa Maria del Triunfo reprise par la Carte 10 correspond à l’année 2014. Les déchets ménagers et assimilés sont collectés par les camions de collecte municipaux et du prestataire privé qui se rendent au centre de transfert se trouvant dans le district voisin de Villa el Salvador. De là, repartent les camions bennes jusqu’au site d’enfouissement Portillo Grande à Lurin. Les déchets ménagers et assimilés parcourent ainsi une distance de 34 km. La situation périphérique du district de Villa Maria del Triunfo par rapport au centre urbain de la métropole s’avère être une situation centrale pour la gestion des déchets.

Les déchets recyclables sont collectés par les 10 récupérateurs formels du district. Une fois collectés et triés, ils seront revendus au premier intermédiaire le plus proche, un centre de commercialisation des déchets se trouvant dans la zone de la Tablada de Lurin, dans le Sud de Villa Maria del Triunfo. Rappelons qu’à partir de ce centre, les déchets suivent des parcours distincts en fonction du type de matériau. Dans cet exemple, est cartographié le trajet d’un déchet métallique. Le centre de commercialisation de la Tablada de Lurin va revendre ce déchet métallique à l’entreprise de commercialisation Benites se trouvant dans le district de Villa el Salvador. Puis, il sera revendu à l’entreprise d’exportation Reprocesa qui le conditionnera pour l’exporter vers la Chine. Du centre de commercialisation, jusqu’à cette entreprise, les déchets métalliques parcourent 10km.

La gestion des déchets municipaux et des déchets recyclables passe par de nombreuses étapes. Les déchets municipaux, comme pour le district de Santiago de Surco, passe par un centre de transfert avant d’arriver à leur site de disposition finale. Quant aux déchets recyclables, ils suivent les mêmes étapes qu’à Comas, d’abord collectés par les récupérateurs formalisés, ils passent par deux intermédiaires avant d’arriver à l’entreprise d’exportation. Malgré cette multiplication d’acteurs et d’étapes, la spatialisation de la gestion des déchets à Villa Maria del Triunfo reste à une échelle locale.

[1] http://stereovilla.pe (page consultée en août 2015)

Mélanie Rateau

Doctorante / PhD Candidate

More Posts