B) Vision d’ensemble de la gestion des déchets : faible rendement des récupérateurs

1)      Une collecte généralisée sur Santiago de Surco

Le district de Santiago de Surco investit suffisamment dans son PSF-RS pour arriver à des taux de collecte le démarquant des autres districts de la capitale. La municipalité investit également dans sa gestion des déchets ménagers pour prévenir la présence de décharges sauvages sur son territoire.

Schéma 8 : Diagramme des flux de déchets à Santiago de Surco

Le district de Santiago de Surco a produit 147 817,70 tonnes de déchets municipaux en 2014. De ce total, 1 711,89 tonnes d’ordures ménagères résiduelles, dites OMR, sont collectées par le balayage de la voirie et 145 566,20 tonnes par la collecte municipale. De ces OMR, 145 565,65 tonnes sont transférées et 143 846,5 tonnes sont enfouies. À chaque étape de la gestion, les tonnages sont moindres, sans doute à cause d’une fuite vers le système informel. L’entreprise municipale EMUSS SA collecte 2 736 tonnes de déchets recyclables issus du tri sélectif et les récupérateurs semi-formalisés en collectent 720 tonnes. D’après l’ONG Ciudad Saludable, les récupérateurs informels récupèrent 5 107,2 tonnes sur ce district (Ciudad Saludable, 2010). Ainsi, dans le district de Santiago de Surco, il y a plus de déchets collectés que de déchets produits. Ce sont 8 023,5 tonnes de déchets qui sont collectées mais non produites par le district. L’ensemble de ces tonnages est synthétisé dans le Schéma 8.

L’entreprise municipale EMUSS SA collecte 2 736 tonnes de déchets recyclables du district de Santiago de Surco. Elle collecte ainsi plus de 6 % des déchets recyclables, soit 1,74% de la production de déchets municipaux. Malgré l’existence de cette entreprise, les récupérateurs informels sont nombreux à travailler dans ce district aisé. Ce sont près de 11% des déchets recyclables qui sont déviés vers le système informel.

Sur le district de Santiago de Surco, il y a plus de déchets collectés que de déchets municipaux produits. Ce haut taux de contrôle des déchets produits n’empêche pas la présence d’une concurrence informelle pour l’entreprise EMUSS SA.

2)      Recyclage formel par les récupérateurs faible face à l’informalité à Comas

La municipalité de Comas a choisi de formaliser les récupérateurs pour mettre en place la collecte sélective. Ce sont seulement 17 récupérateurs qui sont actuellement intégrés au PSF-RS, un chiffre bien faible face à l’informalité.

Le district de Comas a produit 180 748 tonnes de déchets municipaux en 2014. De ce total, 3 577 tonnes d’OMR sont collectées par le balayage de la voirie et 169 624 tonnes par la collecte municipale. De ces OMR, 170 090 tonnes sont enfouies. Il y a donc moins de tonnages enfouis que collectés, ce qui semble normal sachant que, comme dit précédemment, les agents de collecte trient informellement les déchets recyclables pour ensuite les revendre. Les récupérateurs formels du district collectent 297,6 tonnes de déchets issus du tri sélectif alors que les informels en récupèrent 6 775,95 tonnes (Ciudad Saludable, 2010). Ce sont 473,48 tonnes de déchets qui ne sont pas collectées dans le district de Comas et qui terminent sans doute dans une décharge sauvage. L’ensemble de ces tonnages est repris par le diagramme des flux du Schéma 9.

Schéma 9 : Diagramme des flux de déchets à Comas

Les 17 récupérateurs formels de Comas collectent 297,6 tonnes de déchets, soit 0,7% des déchets recyclables, soit moins de 0,17% des déchets municipaux produits par le district de Comas. Malgré la politique municipale en faveur de la formalisation des récupérateurs, l’informalité reste majoritaire. Ce sont près de 15,6% des déchets recyclables qui sont déviés vers le système informel. Le système informel récupère au moins 20 fois plus de déchets que le système formel.

Tous les déchets municipaux produits par Comas ne sont pas collectés, risquant de terminer dans une décharge sauvage. Quant aux déchets recyclables, seulement 0,7% font l’objet d’une collecte sélective formelle. Le PSF-RS semble bien inefficace face à l’informalité, mais permet à la municipalité d’avoir la subvention du MEF.

3)      Une gestion des déchets en difficulté à Villa Maria del Triunfo

Le service de gestion des déchets de Villa Maria del Triunfo est en plein remaniement depuis les élections municipales. La gestion des déchets antérieure était défaillante avec des taux de collecte insuffisants tant pour les déchets municipaux que pour les déchets recyclables.

Le district de Villa Maria del Triunfo a produit 125 541,8 tonnes de déchets municipaux en 2014. De ce total, 2 120,65 tonnes d’OMR sont collectées par le balayage de la voirie et 88 400 tonnes par la collecte en prestation mixte. De ces OMR, 96 973,2 tonnes sont transférées et enfouies, soit plus que les tonnages collectés. Ce qui s’explique par les campagnes de nettoyage du district (cf Photo 26) qui ont lieu presque chaque week-end. Les récupérateurs formels du district collectent près de 51,3 tonnes de déchets recyclables, alors que les informels récupèrent 3 811,8 tonnes (Ciudad Saludable, 2010). Ce sont 31 157,9 tonnes qui ne sont pas collectées chaque année et qui risquent de terminer dans une décharge sauvage. L’ensemble de ces tonnages est repris par le diagramme des flux du Schéma 10.

Photo 26 : Campagne de nettoyage à Villa Maria del Triunfo © Municipalité de Villa Maria del Triunfo, 2015

Les 10 récupérateurs formels collectent près de 51,3 tonnes de déchets, soit 0,2% des déchets recyclables, soit 0,04% des déchets municipaux produits par le district de Villa Maria del Triunfo. Ces tonnages sont donc bien marginaux alors que la récupération informelle atteint presque 17% des déchets recyclables.

Schéma 10 : Diagramme des flux de déchets à Villa Maria del Triunfo

La part des déchets non collectés à Villa Maria del Triunfo est très importante. En incluant tous les modes de collecte, tant formels qu’informels, il reste presque 25% des déchets produits qui ne sont pas ramassés. Quant à la récupération formelle des déchets, elle est presque inexistante. Ces difficultés sont avancées comme argument pour justifier le remaniement politique que connait le service de gestion des déchets.

Mélanie Rateau

Doctorante / PhD Candidate

More Posts