C) Des innovations à valoriser : vers un équilibre entre technologie et intégration sociale

1)      La technologie salvatrice ?

La technologie répond à la nécessité de gérer les déchets

La municipalité de Santiago de Surco a débuté son programme de collecte sélective avec un premier centre de tri fonctionnant grâce à de nombreuses machines. Face à l’augmentation des quantités de déchets recyclables reçus, la municipalité opte maintenant pour la construction d’un nouveau centre de tri automatisé grâce à la technologie.

La technologie demande un grand investissement financier mais assure une solution rapide et efficace. Opter pour un centre de tri demande de patienter les quelques mois que dure la construction, alors que choisir d’intégrer des récupérateurs implique de mettre en place tout un processus de formalisation. Certaines municipalités expliquent que tous les récupérateurs ne réalisent pas leur travail comme demandé, qu’ils oublient d’aller à certaines zones par exemple. Dans cette logique, il semble plus raisonnable de miser sur la machine que sur l’Homme.

La construction du nouveau complexe écologique de Santiago de Surco coûte 10 millions de Nouveaux Soles (2 864 000€) et occupe un terrain de 40 000 m². Pour un telle somme et une telle surface, de nombreuses matières premières et quantités d’énergies seront vraisemblablement consommées. Une telle consommation semble contradictoire avec la politique en faveur du recyclage qui est à l’origine de la construction. Le recyclage est censé être un facteur d’économie d’énergies et de matières premières. Avec une telle construction, il serait intéressant de réaliser une analyse du cycle de vie (ACV). C’est-à-dire de quantifier les flux de matières et d’énergies entrants et sortants, à chaque étape du cycle de vie du complexe écologique, depuis sa création, dont l’extraction des matières premières nécessaires à la construction du centre de tri et à la fabrication des machines technologiques, jusqu’à son élimination en fin de vie.

Le recours à la technologie est également un détail qui a son importance. Un centre automatisé de tri ayant recours à des rayons laser par exemple, est équipé de machines de haute-technologie utilisant des minéraux rares et précieux dont les ressources diminuent. Et que dire des batteries par exemple qui deviendront en fin de vie des déchets dangereux. Il existe également un risque de fragilité du à la « techno-dépendance ». Si les machines tombent en panne, il n’est plus possible de trier les déchets. Il est plus facile de trouver un camion de collecte de remplacement qu’une des machines du futur premier centre de tri automatisé de Lima. Dans les dépenses de fonctionnement, il faut prévoir un budget pour faire face à d’éventuelles pannes.

Tableau 5 : Indicateurs d’efficacité du PSF-RS de Santiago de Surco
Tonnes recyclées par an Coût du PSF-RS en Nouveaux Soles Tonnes recyclées pour 10 000 Nouveaux Soles
2736 2 515 470 10,88
Emplois formels créés Emplois créés pour 10 000 Nouveaux Soles
80 0,32
Trieurs par jour Déchets recyclés par jour en kg Déchets recyclés par jour et par trieur en kg
14 7 495,89 535,42
Source : Municipalité de Santiago de Surco et EMUSS SA (2014)

Le modèle de mise en place de la collecte sélective de la municipalité de Santiago de Surco permet d’atteindre des hauts taux de productivité par trieur grâce à la machinisation ou mécanisation du travail. Chaque trieur d’EMUSS SA trie 535,42 kg de déchets par jour. Les quantités du PSF-RS de Santiago de Surco sont bien plus importantes que celles d’autres districts, pourtant pour 10 000 Nouveaux Soles (2 864€) dépensés au PSF-RS ce sont seulement 10,88 tonnes de déchets qui sont recyclés. Quant à la création d’emplois, il n’est pas surprenant que les chiffres restent faibles. Pour 10 000 Nouveaux Soles (2 864€) dépensés, seul 0,32 emploi est créé, en comptant tous les salariés d’EMUSS SA ainsi que les promoteurs environnementaux.

La technologie a l’avantage d’entrer en fonctionnement rapidement. Cependant, pour rentabiliser l’investissement, il est nécessaire de gérer de grandes quantités de déchets, risquant de mettre en péril la politique de prévention de la production des déchets et le principe de proximité à cause des importations de déchets.

Rechercher l’équilibre entre performance et intégration sociale

Le PSF-RS de la municipalité de Comas n’intègre pas d’outils technologiques ou de machines, mais a choisi d’intégrer des acteurs de la chaîne de valorisation des déchets ayant de l’expérience. Les machines étant plus productives que l’Homme dans le domaine de la gestion des déchets, le district de Comas tente de trouver un équilibre.

La création d’une entreprise municipale responsable de la gestion des déchets recyclables, de la collecte jusqu’à la commercialisation aux consommateurs finaux, n’est pas une option réplicable dans tous les districts de la province de Lima, notamment à Comas. Au-delà des difficultés financières pour investir dans un tel projet, il existe un problème d’ordre logistique. Le district de Comas est composé de nombreuses collines où l’accès par camion de collecte est impossible. La collecte sélective comme réalisée par l’entreprise EMUSS SA n’y est pas envisageable. Seuls les récupérateurs peuvent atteindre les parties les plus hautes du district, où l’accès se fait par escalier. Dans le cas de Comas, l’intégration sociale est un facteur d’amélioration du taux de couverture du district et donc de performance.

Tableau 6 : Indicateurs d’efficacité du PSF-RS de Comas
Tonnes recyclées par an Coût du PSF-RS en Nouveaux Soles Tonnes recyclées pour 10 000 Nouveaux Soles
297,6 159 993 18,60
Emplois formels créés Emplois créés pour 10 000 Nouveaux Soles
57 3,56
Récupérateurs par jour Déchets recyclés par jour en kg Déchets recyclés par jour et par récupérateur en kg
17 81,53 4,80
Source : Municipalité de Comas (2014)

Le modèle de mise en place de la collecte sélective de la municipalité de Comas ne permet pas de collecter de grandes quantités de déchets dans l’absolu. Cependant, pour 10 000 Nouveaux Soles (2 864€) dépensés au PSF-RS, ce sont 18,60 tonnes qui sont recyclées. Également, ce modèle est créateur d’emplois formels à moindre frais, d’autant plus que nous avons vu précédemment que le PSF-RS de Comas permet à la municipalité de gagner de l’argent au dépend des récupérateurs formalisés. Pour 10 000 Nouveaux Soles (2 864€), sont créés 3,56 emplois formels. Les récupérateurs employant peu de machines, juste un tricycle ou une moto-fourgon, sont moins productifs que l’entreprise municipale EMUSS SA s’appuyant sur des camions de collecte (cf Photo 27) et un centre de tri, comme précédemment étudié. Chaque récupérateur collecte seulement 4,80 kg par jour, sur les 495,2 tonnes de déchets municipaux produits quotidiennement.

Photo 27 : Camion de collecte sélective d’EMUSS SA © Municipalité de Santiago de Surco, 2014

L’intégration de machines, notamment via la construction d’un centre de tri ou l’utilisation d’une moto plutôt qu’un tricycle, permet d’augmenter la productivité mais aussi de lutter contre la pénibilité au travail. Du point de vue des ressources, par contre, le résultat n’est pas tant vertueux. Le travail de l’Homme est remplacé par de la consommation de matières premières et d’énergies, d’où l’intérêt de parvenir à un équilibre entre performance et intégration sociale. Être récupérateur n’était pas valorisant avant la Loi du Recycleur et il était donc tentant de remplacer ce travail par la machine. La Loi du Recycleur reconnait officiellement les récupérateurs comme des travailleurs environnementaux et transforme cette simple activité de survie en un vrai métier.

D’un point de vue social, la formalisation permet une revalorisation du statut social du récupérateur dont certaines personnes comparent, encore, les informels aux chiens errants. En s’intégrant au programme municipal, ils reçoivent le soutien de la collectivité locale alors qu’avant elle les chassait. Ce soutien est visible aux yeux de tous grâce à l’uniforme. Sur les photos : Photo 28 et Photo 29, on peut facilement faire la différence entre une récupération informelle et une collecte sélective formelle. Les récupérateurs doivent s’organiser en association pour accéder à la formalisation. Ils apprennent ainsi à travailler de façon collective et ne sont plus seuls face à la municipalité. Leurs revendications prennent plus de poids.

Photo 28 : Récupération informelle © H. Estrella, San Martin de Porres, 2014

Photo 29 : Collecte sélective à Villa Maria del Triunfo © M. Rateau, Villa Maria del Triunfo, 2015

Dans ce contexte de revalorisation sociale et de reconnaissance professionnelle, peut-être vaut-il mieux perdre un peu en efficacité pour ne pas détruire de l’emploi local. La municipalité de Comas poursuit la formalisation et l’intégration de nouveaux acteurs informels, tout en construisant un centre de transfert et de tri pour palier à l’insuffisance du tri à la source. Ce serait bien qu’elle renforce également sa campagne de sensibilisation pour qu’il y ait plus de ménages qui participent activement à la collecte sélective, l’objectif étant de trouver un équilibre entre performance et intégration sociale.

2)      L’intégration des récupérateurs comme innovation sociale et organisationnelle

Comas et Villa Maria del Triunfo: des districts innovants ?

Depuis quelques années, le concept d’innovation a évolué d’une notion purement technologique à une définition plus ample, pouvant intégrer les dimensions sociale et organisationnelle. Les politiques de Comas et de Villa Maria del Triunfo, en faveur de l’intégration des récupérateurs sont le résultat de la législation, mais l’intégration des centres de commercialisation est une initiative propre au district de Comas.

Depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale, l’innovation est entendue comme technologique. Les scénarios de développement économique des pays dévastés par la guerre reposaient sur l’entrée de la technologie. En 2008, M. E. Bernal propose une définition d’une innovation ne reposant plus sur la technologie : l’innovation sociale. Elle est entendue comme le développement de nouveaux processus, pratiques, usages, méthodes et application dans lesquels se met en place ou se renforce la participation de la communauté ou des usagers et qui permettent ou ont le potentiel de diminuer les coûts, d’améliorer les taux de couverture ou d’augmenter le niveau de qualité, la pertinence et l’efficacité d’un projet (M. E. Bernal, 2008).

La formalisation et intégration des récupérateurs et centres de commercialisation à la gestion des déchets recyclables est bien, d’après la définition de M. E. Bernal, une innovation sociale. La nouvelle pratique à laquelle fait référence la définition, est ici le tri des déchets et la collecte sélective. La communauté des acteurs du recyclage ainsi que les usagers qui sont les foyers inscrits au PSF-RS sont bien appelés à participer. Les foyers trient leurs déchets et les remettent aux récupérateurs qui se chargent de leur collecte et de leur commercialisation aux centres de commercialisation. L’objectif de la mise en place de la collecte sélective via l’intégration de ces acteurs du recyclage est bien d’améliorer la gestion des déchets, mais aussi permet de diminuer indirectement les coûts de gestion grâce aux dépenses évitées. Il semble donc que le district de Comas soit bien un district innovant.

L’innovation organisationnelle dans le PSF-RS de Comas réside dans l’institutionnalisation de la complémentarité entre la municipalité, les récupérateurs et les centres de commercialisation. La municipalité réalise la campagne de sensibilisation et l’inscription des foyers au programme, les récupérateurs assurent la collecte sélective, le tri et la première commercialisation des déchets recyclables, puis les centres de commercialisation rassemblent de plus grandes quantités pour revendre ces déchets vers des entreprises spécialisées par type de matériaux. Cette complémentarité est reconnue institutionnellement par l’ordonnance d’approbation du PSF-RS.

L’innovation sociale développée par la municipalité districale de Comas a pour objectif, non seulement de diminuer les coûts de gestion des déchets, mais également de développer le capital économique du système formel de valorisation des déchets, son capital social en offrant des emplois formels de récupérateurs, de commerçants de déchets et de promoteurs environnementaux, ainsi que son capital environnemental, sanitaire, institutionnel et culturel.

Le modèle de Villa Maria del Triunfo est moins innovant en termes d’intégration sociale. Les seuls acteurs intégrés sont ceux imposés par la Loi du Recycleur de 2009. L’innovation organisationnelle de son PSF-RS réside dans le partenariat avec l’UNACEM. Contrairement à Comas inscrit au sein du projet « Recicla para la Vida » de l’ONG Alternativa financé par des fonds internationaux, le partenariat de Villa Maria del Triunfo avec l’ONG Ciudad Saludable est financé par une industrie locale, en échange de certifications socio-environnementales.

Santiago de Surco, Comas et Villa Maria del Triunfo : des modèles se rejoignant ?

Les modèles actuels de gestion des déchets recyclables des municipalités de Santiago de Surco, de Comas et de Villa Maria del Triunfo ne sont pas figés. Ces municipalités ont des projets en cours de réalisation : l’une s’orientant en faveur de l’intégration des récupérateurs, l’autre construisant un centre de transfert et de tri et la dernière souhaitant intégrer des centres de commercialisation.

La municipalité de Santiago de Surco base son modèle de gestion des déchets recyclables seulement sur son entreprise municipale EMUSS SA. À elle seule, cette entreprise réalise la collecte, le tri et la commercialisation directe à l’utilisateur final. Pour continuer à recevoir la subvention du Ministère de l’Environnement, cette municipalité va devoir suivre la recommandation d’intégrer des récupérateurs à sa gestion. Une association de quarante récupérateurs semi formalisés est actuellement en train de démarcher la municipalité pour être formalisés et officiellement intégrés à la gestion municipale. Dans le nouveau modèle, ils ne seront plus relégués dans la zone n°9, territoire de conflit avec le district voisin, mais assureront également la collecte sélective des logements collectifs du district. Le modèle de Santiago de Surco intégrera ces acteurs en s’orientant vers un modèle efficace en terme de contrôle de la chaîne du recyclage, de la collecte jusqu’à la vente au destinataire final, ainsi qu’en terme d’intégration des acteurs informels, comme résumé par le Schéma 11.

Schéma 11 : Acteurs intégrés à la gestion des déchets recyclables à Santiago de Surco, Comas et Villa Maria del Triunfo

Le modèle de gestion des déchets recyclables mis en place par la municipalité de Comas a pris le parti d’être efficace en termes d’intégration des acteurs informels, plus que de rendement. Sont actuellement formalisés et intégrés les récupérateurs et les centres de commercialisation. Les tonnages pris en charge par les récupérateurs formels sont marginaux. Ce modèle a donc l’avantage d’intégrer deux étapes de la chaîne de valorisation traditionnellement informelles, mais son application demande à être modifiée pour être efficace. Ce sont deux étapes de la chaîne du recyclage qui sont actuellement intégrées, mais ce sont très peu d’acteurs à chacune de ces étapes qui sont concernés. Par exemple, il n’y a que 17 récupérateurs formalisés. C’est pour cela que de nouveaux récupérateurs sont en cours de formalisation et d’intégration et que le centre de transfert et de tri en construction rachètera les déchets aux centres de commercialisation et non directement aux récupérateurs. Le modèle de Comas intégrera ces acteurs en s’orientant vers un modèle efficace en terme de contrôle de la chaîne du recyclage, de la collecte jusqu’à la vente à l’utilisateur final.

La gestion des déchets, tant des OMR que des déchets recyclables, est actuellement en difficulté à Villa Maria del Triunfo. Au sein de son PSF-RS, la municipalité a choisi d’intégrer des récupérateurs, mais les tonnages pris en charge sont marginaux, bien moindre qu’à Comas. Les récupérateurs, une fois la collecte assurée selon les modalités définies par le PSF-RS, sont libres de vendre leurs déchets au centre de commercialisation de leur choix. Il n’existe aucun partenariat local. Le modèle actuel de mise en place de la collecte sélective est donc peu efficace quant au contrôle de la chaîne du recyclage, mais a l’intérêt d’avoir la volonté d’intégrer les récupérateurs. Le projet de la municipalité va même au-delà de la seule intégration des récupérateurs, souhaitant effectivement en formaliser plus, mais souhaitant aussi intégrer des centres de commercialisation. Le futur modèle de Villa Maria del Triunfo devrait ainsi rejoindre le modèle actuel de Comas, en faveur de l’intégration des acteurs informels.

Ces trois  modèles sont comparés en fonction du degré d’intégration des acteurs informels et du niveau de contrôle de la chaîne du recyclage pour mettre en avant leurs évolutions vers un modèle semblable axé sur l’innovation sociale et organisationnelle. Le district de Comas est le plus efficace en terme d’intégration des acteurs informels, mais au regard du rendement économique des PSF-RS, des tonnes collectées et du degré d’innovation technologique, le district de Santiago de Surco avec la construction du centre de tri automatisé est bien plus avancé. Quant au district de Villa Maria del Triunfo, il semble en retard, tentant de rejoindre le modèle de Comas.

3)      Les apports des modèles de chaque district

Santiago de Surco : combiner entreprise municipale et intégration des récupérateurs

Le district de Santiago de Surco est un pionner dans la mise en place de la collecte sélective à Lima. Son entreprise municipale de gestion des déchets recyclables est rentable et justifie la création d’un nouveau centre de tri. Depuis la Loi du Recycleur et l’obligation d’intégrer des récupérateurs pour toucher la subvention du MEF, la politique du district s’oriente en faveur de leur intégration. Pour ce faire, les récupérateurs devraient assurer la collecte sélective des logements collectifs où l’espace manque pour stocker les déchets recyclables sur une semaine. Et l’entreprise municipale serait chargée des habitations individuelles. La municipalité ne les rémunère pas directement, mais sensibilise les foyers en porte à porte, les inscrit au PSF-RS et remet cette liste aux récupérateurs ou à l’entreprise municipale, qui s’autofinanceront grâce aux revenus de la vente des déchets.

Comas : intégration de multiples acteurs informels de la chaîne du recyclage

Le district de Comas a choisi d’intégrer non seulement les récupérateurs comme dicté par la Loi du Recycleur, mais également les centres de commercialisation de déchet. Ces centres de commercialisation formels appliquent des tarifs avantageux pour les récupérateurs formels, ce qui peut inciter les informels à se formaliser. À ce binôme, récupérateur-centre de commercialisation, le modèle va ajouter un nouvel acteur : un centre de transfert et de tri des déchets assurant également la fonction d’entreprise de commercialisation. Cette entreprise achètera les déchets des centres de commercialisation formels permettant ainsi d’éviter toute perte vers le système informel. Dans ce modèle, la municipalité assure la campagne de sensibilisation, qui est une étape clé restant à améliorer.

Villa Maria del Triunfo : financement local et mesures incitatives

La municipalité de Villa Maria del Triunfo a mis en place son PSF-RS depuis 2012, soit juste une année après Comas, mais il peine à s’implanter. Les tonnages et le nombre de récupérateurs intégrés restent marginaux. Certaines innovations restent néanmoins intéressantes à retenir. Une partie du matériel de sensibilisation, des uniformes des récupérateurs, du matériel de collecte ainsi que le projet « Pro-Récupérateur » de l’ONG partenaire Ciudad Saludable, sont financés par l’Union des cimentiers UNACEM présente sur le district. Cette grande industrie locale, finance une partie du PSF-RS pour avoir accès à des certifications socio-environnementales nationales. Aussi, pour inciter les foyers, les commerces et institutions à participer à la collecte sélective, la municipalité leur remet en échange un bon de réduction de 20% sur leurs taxes locales. Également, les promoteurs environnementaux municipaux accompagnent les récupérateurs lors des premiers mois de collecte sélective pour renforcer leur partenariat avec la municipalité.

 

 

Mélanie Rateau

Doctorante / PhD Candidate

More Posts