Participation à la XVIIe Conférence biennale de l’Association internationale pour l’étude du bien commun (IASC 2019)

La semaine du 1 au 5 juillet 2019, la XVIIe Conférence biennale de l’Association internationale pour l’étude du bien commun (International Association for the Study of the Commons – IASC) s’est tenue à Lima sous l’intitulée “In Defense of the Commons: Challenges, Innovation, and Action”.

C’était une semaine intense (et remplie de rencontres passionnantes) avec plus de 50 panels de recherche, dont le panel 11-D organisé par l’IFEA “¿Más allá de lo público vs privado? Una lectura crítica de los bienes comunes urbanos” coordoné par Jérémy Robert (IFEA). Mathieu Durand (Le Mans Université, ESO, IUF) m’a offert l’opportunité d’y présenter mes travaux sur la formalisation des récupérateurs.

Résumé traduit en français de l’exposé “Formalizar lo informal: repensar los servicios urbanos como comunes”

Le paradigme dominant l’organisation du service de gestion des déchets est celui du modèle conventionnel de monopole hygiéniste, laissant peu d’espace aux acteurs désignés comme informels, dans ce cas, les récupérateurs de déchets recyclables. En Colombie et au Pérou, les récupérateurs bénéficient de contextes favorables pour leur formalisation comme acteurs du service de collecte sélective des déchets recyclables. À partir des notions de coproduction et de communs urbains, cet article interroge s’il existe un lien entre formalisation, coproduction et communs urbains. Les évidences de nos terrains d’étude, Lima et Bogota, nous permettent d’affirmer qu’il existe différents modèles de formalisation aux impacts contrastés sur la coproduction du service et le développement de communs urbains. La recherche empirique est issue du projet de recherche ORVA2D (Organisation de la valorisation des déchets dans les pays en développement) financé par l’AFD et dirigé par l’Université du Mans sous la responsabilité de Mathieu Durand.

Resumen en español de “Formalizar lo informal: repensar los servicios urbanos como comunes”

El paradigma que domina la organización del servicio de gestión de residuos es el del modelo convencional y monopolio higienista, dejando poco espacio a los actores tildados como informales, en este caso los recuperadores de residuos reciclables (recicladores). En Colombia y Perú, los recicladores benefician de contextos favorables para su formalización como actores del servicio de colecta selectiva de residuos reciclables. Desde las nociones de coproducción y comunes urbanos, este artículo cuestiona si existe un vínculo entre formalización, coproducción y comunes urbanos. Las evidencias de nuestros terrenos de estudio, Lima y Bogotá, nos permiten afirmar que existen diferentes modelos de formalización con impactos contrastados sobre la coproducción del servicio y el desarrollo de los comunes urbanos. La investigación empírica forma parte del proyecto de investigación ORVA2D (Organización para la valorización de residuos en países en desarrollo) financiado por la AFD y dirigido por la Universidad de Le Mans bajo la responsabilidad de Mathieu Durand.

Mélanie Rateau

Doctorante / PhD Candidate

More Posts

Intervention pour “La gouvernance des projets soutenables dans les villes du Sud”

Je tiens à remercier l’association Echo’logik de m’avoir offert la possibilité de présenter mes recherches le 15 janvier 2019 dans le cadre de la Semaine des Villes Durables à Sciences Po Bordeaux.

Il s’agissait de questionner la gouvernance des projets de développement durable, notamment via la diversification des modes de fourniture des services urbains : la formalisation des récupérateurs informels de déchets recyclables à Lima et à Bogota, puis les configurations de fourniture d’électricité à Cotonou et à Ibadan.

Mélanie Rateau

Doctorante / PhD Candidate

More Posts

Intervention “De l’informalité des récupérateurs de déchets à l’innovation socio-institutionnelle : quelle formalisation ?”

Bonjour à tous,

Hier, vendredi 12 janvier 2018, à l’Université d’Angers, j’ai eu l’opportunité de partager mon travail sur la valorisation des déchets en Colombie et au Pérou grâce à l’intégration des acteurs “informels”.

“Durant de nombreuses années, les politiques publiques de gestion des déchets ont mené des actions de répression contre les acteurs du recyclage informel. Au Pérou, depuis la Loi du Reciclador de 2009, les politiques publiques se positionnent en faveur d’un recyclage inclusif, au moyen de l’intégration des récupérateurs de déchets, jusque-là informels. Ainsi, les districts de Lima expérimentent diverses modalités d’implantation de la Loi pour mettre en place la collecte sélective tout en formalisant les récupérateurs (RATEAU, 2017). En Colombie, le processus est différent. Les récupérateurs ont obtenu leur reconnaissance et leur intégration à la gestion municipale suite à une action en justice. La Cour Constitutionnelle, par l’arrêt n°275 de 2011, oblige Bogotá à intégrer les récupérateurs, à les rémunérer au même titre que les prestataires de la collecte des déchets municipaux et à leur réserver la collecte des déchets recyclables.

En mobilisant les concepts d’innovation socio-institutionnelle (BERNAL ET ROBERTSON, 2016 ; DELPEUCH, 2017 ; PAULRE, 2016) et d’informalité (GUNSILIUS ET AL., 2011 ; GUPTA, 2012), l’objet de la communication proposée sera de questionner le transfert de la récupération informelle des déchets vers une politique publique innovante de collecte sélective. Quelles sont les conditions de ce transfert : par la contrainte ou l’incitation ? Comment les politiques publiques se l’approprient-elles ? Comment la normalisent-elles et la réajustent-elles pour proposer un nouveau service public ? Existe-t-il divers modèles de formalisation ? D’après des études empiriques conduites en 2015 et 2016, la communication démontrera qu’à Lima, la formalisation des récupérateurs est souple reposant sur un statut associatif. À Bogotá, à l’inverse, la formalisation expérimentée est plus rigide, répondant aux règles de constitution entrepreneuriale. Les récupérateurs sont appelés à se constituer en entreprise prestataire de service ayant la capacité de répondre aux appels d’offre municipaux.”

Références :
Bernal, M. , & Robertson, D. (2016). Conferencia Magistral – Innovación Social en Gobierno por María Elisa Bernal. (Video). Bogotá: Facultad Arquitectura y Diseño – Universidad de los Andes. http://vimeo.com/154602170

Delpeuch, T. (2017). “L’innovation institutionnelle: une entreprise politique à base d’emprunts extérieurs”, Quaderni [En ligne], n° 91. URL: http://quaderni.revues.org/1011

Gunsilius, E., Chaturvedi, B. & Scheinberg, A. (2011). The economics of the informal sector in solid waste management. Fráncfort: GIZ.

Gupta, S. K. (2012). “Intégrer le secteur informel pour une meilleure gestion des déchets”. Secteur Privé et Développement, n°15, Paris: Proparco, AFD. 12-15.

Paulré, P. (2016). “L’innovation dans les sociétés contemporaines. Mises en perspective”, Quaderni [En ligne], 91. URL: http://quaderni.revues.org/1006

Rateau, M., (2017), « Conflictos de apropiación de residuos reciclables e innovaciones socioinstitucionales en Lima », Territorios, 26 juillet 2017, no 37, p. 61‑80.

Mélanie Rateau

Doctorante / PhD Candidate

More Posts