Article publié “Electrifying urban Africa: energy access, city-making and globalisation in Nigeria and Benin”

Bonjour à tous,

Avec ma co-encadrante de thèse, Armelle Choplin, nous avons “tiré le fil électrique” de la mondialisation pour comprendre en quoi les réseaux électriques, les groupes électrogènes et les panneaux solaires permettent de mieux comprendre la production des espaces urbains, fournissant des indices sur les inégalités d’accès à l’électricité. L’article intitulé “Electrifying urban Africa: energy access, city-making and globalisation in Nigeria and Benin” est publié dans la revue “International Development Planning Review” et accessible en ligne via ce lien.

Référence de l’article: Rateau, Mélanie et Choplin, Armelle. 2021. « Electrifying urban Africa: energy access, city-making and globalisation in Nigeria and Benin », International Development Planning Review, ahead-of-print, p. 1‑26. https://doi.org/10.3828/idpr.2021.4

Résumé en français (traduction personnelle):

“L’accès à l’électricité est devenu une question cruciale dans les villes du Sud. Alors que la demande augmente, les réseaux conventionnels sont défaillants ou insuffisants, en particulier en Afrique. Les citadins doivent donc développer un large panel d’infrastructures (in)formelles pour répondre à leurs besoins quotidiens en électricité. S’appuyant sur des études récentes sur l’électricité urbaine dans le Sud, cet article vise à contribuer aux débats sur les formes hybrides de fourniture d’électricité en analysant la diffusion des panneaux solaires et des groupes électrogènes dans deux villes, Ibadan au Nigeria et Cotonou au Bénin. Bien que voisines et relativement similaires, ces deux villes illustrent des vies électriques quotidiennes distinctes. Au Nigéria, pays exportateur d’électricité, les habitants sont confrontés quotidiennement à des coupures de courant. Au Bénin, un pays qui dépend du Nigeria pour son approvisionnement, il y a de l’électricité mais il est difficile de se connecter au réseau en raison des coûts de raccordement. Basé sur une étude empirique, l’article montre que les habitants d’Ibadan utilisent des groupes électrogènes en complément d’un réseau conventionnel quasi universel mais peu fiable. À Cotonou, l’énergie solaire est une alternative jusqu’à ce qu’ils puissent se connecter au réseau. Les groupes électrogènes et les panneaux solaires sont devenus les marqueurs matériels de l’Afrique urbaine, fournissant des informations sur les inégalités d’accès à l’électricité.”

Abstract:

“Electricity access has become a crucial issue in global South cities. While demand is growing, conventional grids are failing or insufficient, especially in Africa. Urban dwellers therefore have to develop a wide range of (in)formal infrastructures to meet their daily electricity needs. Building on recent studies on urban electricity in the global South, this paper aims to contribute to the debates on hybrid forms of electricity provision by analysing the diffusion of solar panels and generators in two cities, Ibadan in Nigeria and Cotonou in Benin. Although neighbouring and relatively similar, these two cities illustrate distinct daily electrical lives. In Nigeria, an electricity-exporting country, people face daily power outages. In Benin, a country that depends on Nigeria for its supply, there is electricity but it is difficult to connect to the grid because of connection costs. Based on an empirical study, the article shows that Ibadan’s inhabitants use generators as a complement to a conventional grid that is almost universal but unreliable. In Cotonou, solar energy is an alternative until they can connect to the grid. Generators and solar panels have become the material markers of urban Africa, providing information on inequalities in access to electricity.”

Mélanie Rateau

Doctorante / PhD Candidate

More Posts