Thèse : Configurations électriques, inégalités d’accès et pratiques citadines à Ibadan (Nigéria) et à Cotonou (Bénin)

Résumé : L’accès à l’électricité est un enjeu crucial dans les villes du Sud. Alors que la demande augmente, les réseaux conventionnels sont défaillants, insuffisants et parfois absents, en particulier en Afrique subsaharienne. Pour satisfaire leurs différents besoins, les citadins se tournent alors vers d’autres solutions, donnant lieu à divers assemblages sociotechniques qui varient selon la ville, le quartier, le ménage en fonction des conditions de (dys)fonctionnement du service en réseau et des modalités d’appropriation des technologies disponibles localement. À l’échelle de chaque ville, il en résulte une configuration électrique urbaine perpétuellement remodelée par les interactions de ses parties constituantes et ce, en symbiose avec l’environnement urbain. Empruntant ses cadres théoriques aux études des sciences et technologies et aux sciences sociales, la recherche vise à comprendre la stabilité dynamique des configurations et les implications de leur transition incrémentale sur le fonctionnement urbain, notamment en termes d’inégalités socio-spatiales. Dans une démarche comparative multiscalaire, un travail empirique étendu a été réalisé en 2017 et 2018 auprès de 160 ménages sur une sélection de quartiers reflétant la diversité urbaine à Ibadan au Nigéria et Cotonou au Bénin. La cartographie, au cœur de l’analyse, révèle la distribution et la diversité des accommodements entre assemblages sociotechniques, inégalités d’accès et intégration urbaine différenciée.

La recherche démontre que les pratiques citadines, à la fois ouvertes à toutes nouvelles opportunités de bricolage, contraintes par les mécanismes d’accès mobilisables individuellement et modelées par des rapports de pouvoir, stabilisent des régimes d’accès à l’électricité et alimentent des processus de transition par hybridation extrêmement sensibles aux dynamiques politico-institutionnelles multiniveaux, aux différentes filières de la mondialisation marchande et aux réseaux d’entraide et d’influence locaux. Les régularités observées permettent de définir trois régimes sur ces terrains : la combinaison d’intermittences, le bricolage de fortune et la satisfaction par accumulation. Il ressort de leur analyse que l’amélioration de la qualité et de la continuité du service dépend de logiques marchandes et sociales ambivalentes qui ne permettent pas de sortir les citadins les plus vulnérables des trappes de la pauvreté et que, faute d’une régulation d’ensemble à l’échelle de la configuration, les interdépendances fonctionnelles entre différents modes d’accès à l’électricité génèrent des externalités négatives incontrôlées limitant les bénéfices attendus d’une généralisation du réseau conventionnel. Finalement, ce travail démontre que la transition électrique urbaine nécessite d’aller au-delà du référentiel du réseau conventionnel unique et uniforme, pour penser les contours d’un service urbain socio-techniquement hétérogène, articulé à la diversité des conditions de vie urbaine.

Mots clés : accès à l’électricité ; hétérogénéité urbaine et infrastructurelle ; inégalités intra- et interurbaines ; régimes d’accès ; Ibadan ; Cotonou ; Nigéria ; Bénin

Electrical configurations, inequalities of access and urban practices in Ibadan (Nigeria) and Cotonou (Benin)

Abstract : Access to electricity is a crucial issue in the cities of the South. As demand increases, conventional networks are failing, insufficient and sometimes absent, particularly in sub-Saharan Africa. To satisfy their various needs, city dwellers turn to other solutions, giving rise to various socio-technical assemblages that vary according to the city, the neighbourhood and the household, depending on the conditions of (dys)functioning of the networked service and the modalities of appropriation of the technologies available locally. At the scale of each city, the result is an urban electrical configuration that is perpetually reshaped by the interactions of its constituent parts, in symbiosis with the urban environment. Borrowing its theoretical frameworks from science and technology studies and the social sciences, the research aims to understand the dynamic stability of the configurations and the implications of their incremental transition on urban functioning, particularly in terms of socio-spatial inequalities. In a multiscalar comparative approach, extensive empirical work was carried out in 2017 and 2018 with 160 households in a selection of neighbourhoods reflecting urban diversity in Ibadan in Nigeria and Cotonou in Benin. Mapping, at the heart of the analysis, reveals the distribution and diversity of accommodations between socio-technical assemblages, inequalities of access and differentiated urban integration.

The research shows that urban practices, which are both open to new opportunities for bricolage, constrained by individually mobilisable access mechanisms and shaped by power relations, stabilise regimes of access to electricity and fuel processes of transition through hybridisation that are extremely sensitive to multi-level political and institutional dynamics, to the various channels of market globalisation and to local networks of solidarity and influence. The regularities observed make it possible to define three regimes in these fields: the combination of intermittencies, makeshift bricolage and satisfaction through accumulation. Their analysis shows that the improvement of the quality and continuity of the service depends on ambivalent market and social logics that do not allow the most vulnerable city dwellers to escape from poverty traps and that, in the absence of an overall regulation at the scale of the configuration, the functional interdependencies between different modes of access to electricity generate uncontrolled negative externalities that limit the benefits expected from the generalisation of the conventional network. Finally, this work demonstrates that the urban electricity transition requires going beyond the reference of the single and uniform conventional network, to think about the contours of a socio-technically heterogeneous urban service, articulated to the diversity of urban living conditions.

Keywords: access to electricity; urban and infrastructural heterogeneity; intra and inter urban inequalities; regimes of access; Ibadan; Cotonou; Nigeria; Benin

Mélanie Rateau

Doctorante / PhD Candidate

More Posts