Exposé introductif lors de la soutenance de thèse (24-09-21) : Configurations électriques, inégalités d’accès et pratiques citadines à Ibadan (Nigéria) et à Cotonou (Bénin)

Bonjour à tous,

Voilà la soutenance de ma thèse “Configurations électriques, inégalités d’accès et pratiques citadines à Ibadan (Nigéria) et à Cotonou (Bénin)” réalisée au LATTS sous la direction de Sylvy Jaglin (LATTS) et d’Armelle Choplin (Université de Genève) passée le 24 septembre 2021. Pour ceux n’ayant pu se joindre à nos échanges, vous trouverez ci-dessous mon exposé introductif.

Bonne lecture !

Exposé introductif (Mélanie Rateau):

“Bonjour à tous,

Avant de commencer, je souhaite remercier les membres du jury: Armelle Choplin, Professeure associée à l’Université de Genève (co-directrice) ; Sylvy Jaglin, Professeure à l’Université Gustave Eiffel (directrice) ; Franck Scherrer, Professeur à l’Université de Montréal (rapporteur) ; Éric Verdeil, Professeur à Sciences Po Paris (président du jury) ; Marie-Hélène Zérah, Directrice de recherche à l’IRD (rapporteure) ; et Olivier Coutard, Directeur de Recherche CNRS au Latts (invité).

Je suis très heureuse de soutenir devant vous, aujourd’hui, cette thèse (réalisée au Latts) intitulée « Configurations électriques, inégalités d’accès et pratiques citadines à Ibadan (Nigéria) et à Cotonou (Bénin) ».

Diapo 1/ Rateau 2021 Configurations électriques, inégalités d’accès et pratiques citadines à Ibadan (Nigéria) et à Cotonou (Bénin)

Je souhaite débuter par une citation de Noo Saro-Wiwa qui se confronte à la mauvaise qualité de l’électricité dans une grande ville du Nigéria :

« La seule perspective de dormir dans une telle chaleur m’était insupportable, aussi gardais-je le groupe électrogène allumé jusqu’à l’aube […]. Quand, il s’arrêta de fonctionner, […] je ne m’étais pas encore remise du choc d’avoir dépensé tant d’argent pour jouir de quelques heures d’un confort élémentaire. Je mesurais tout d’un coup que lorsque l’État se montre défaillant, acheter sa propre énergie coûte les yeux de la tête, […]. » (Saro-Wiwa, Noo. 2013. Transwonderland: Retour au Nigeria, Paris : Hoëbeke : 250)

Et l’expérience vécue par la romancière n’est pas un cas isolé. Une littérature croissante dans les études urbaines sur les Suds fait le constat que la connexion au réseau n’est pas le seul mode d’accès aux services urbains. Cette littérature met en avant que les services sont fournis par une grande diversité de technologies décrite comme hybride, composite ou hétérogène et que les citadins pauvres ont un rôle actif dans l’accès à ces services et notamment à l’électricité. En effet, le déploiement des infrastructures ne parvient pas à suivre le rythme soutenu d’une urbanisation où les inégalités, la pauvreté et l’informalité restent prégnantes. Et dans le même temps, des offres marchandes répondent aux demandes insatisfaites par le réseau conventionnel.

À la suite de cette littérature, ma recherche fait discuter les travaux sur les inégalités urbaines avec ceux sur l’hétérogénéité sociotechnique à partir de l’étude de l’électricité à Ibadan et à Cotonou, afin de comprendre leur configuration et les inégalités socio-spatiales à l’échelle de chaque ville et afin de questionner comment les pratiques composent, recomposent, étendent et renouvellent ces configurations.

Diapo 4/ Rateau 2021 Configurations électriques, inégalités d’accès et pratiques citadines à Ibadan (Nigéria) et à Cotonou (Bénin)

Pour analyser cette hétérogénéité, j’ai mobilisé les études des sciences et technologies et les sciences sociales. Ainsi, chaque objet (tel que le réseau, un groupe électrogène ou un système solaire) est considéré comme un dispositif sociotechnique. À l’échelle de la ville, comme illustré par le schéma (cf. diapo 4), il en ressort une configuration électrique urbaine. Et je cherche à identifier des régularités dans les différentes formes de combinaison (du réseau/du hors-réseau) à partir de la notion de régime.

Cette notion de régime est issue des travaux de Geels (2002) qui étudie comment les transitions se produisent dans le temps long et à grande échelle. Pour Geels le régime forme la structure profonde qui explique la stabilité du système, bien que l’innovation puisse s’y produire progressivement par petits ajustements. Alors : « les régimes sociotechniques sont des configurations relativement stables d’institutions, de techniques et d’artefacts, ainsi que des règles, des pratiques et des réseaux qui déterminent le développement et l’utilisation “normale” des technologies » (traduction personnelle de Smith et al. 2005 : 1493).

Dans ma recherche, je n’en limite pas la compréhension à l’utilisation d’une technologie, mais à l’utilisation d’un type de combinaison (réseau/hors-réseau). C’est pourquoi je préfère parler de régime d’accès à l’électricité, concept qui me paraît utile pour analyser ensemble des éléments variés, sans se limiter à des distinctions binaires.

Ma démonstration se construit alors autour de ces trois hypothèses : (1) D’abord, que les pratiques électriques citadines sont un analyseur pertinent des régimes d’accès. (2) Ensuite, que ces régimes sont une entrée pour analyser la production/reproduction des inégalités socio-spatiales. (3) Et je fais comme dernière hypothèse que les régulations de ces inégalités sont à penser à l’échelle de chaque ville.

Pour mener cette recherche, j’ai réalisé une enquête de terrain sur trois mois en 2017, puis six mois en 2018 à Ibadan et à Cotonou. Il s’agissait alors de comprendre (1) les mécanismes de diversification et d’articulation des différentes technologies ; (2) les facteurs de leur différenciation socio-spatiale et (3) les mécanismes de leur régulation.

La démarche était comparative suivant la méthode des « monographies comparées » (Pinson 2019) et multiscalaire. D’abord une comparaison entre deux villes : Ibadan capitale de l’État d’Oyo dans le sud-ouest du Nigéria et troisième ville du pays avec près 6 millions d’habitants. Cotonou, capitale économique du Bénin au cœur d’une agglomération qui dépasse les 2 millions d’habitants. La recherche empirique s’est aussi déroulée à l’échelle de 7 quartiers, retenus pour leurs caractéristiques infrastructurelles et socioéconomiques reflétant la diversité intra-urbaine. À Ibadan, les quartiers choisis datent de différentes phases de l’urbanisation. À Cotonou, ils ont été choisis pour refléter la dualité du socle foncier entre zone d’urbanisation planifiée ou d’urbanisation spontanée.

Concrètement, j’ai mené une revue de littérature, des observations de terrain et des entretiens avec de nombreux acteurs du secteur de l’électricité et aussi de l’urbanisme pour : (1) comprendre le fonctionnement du secteur électrique, dans ses dimensions formelles et informelles (2) et aussi pour comprendre les relations entre les différentes filières, l’étendue de l’offre en technologies et les dynamiques pour y accéder.

Parallèlement, à l’échelle des quartiers, j’ai enquêté 160 ménages afin d’identifier le ou les dispositifs utilisés (réseau, groupe électrogène, etc.), puis analyser les conditions de mise en pratique de chacun et enfin, évaluer le niveau d’accès général permis par l’ensemble des dispositifs combinés. Puis, sans rentrer dans le détail, la cartographie a occupé une place centrale pour procéder à la comparaison.

Il apparaît que le panel de technologies entre les deux villes étudiées est relativement similaire, mais que leur service en réseau est bien distinct.

Au Nigéria, les compagnies d’électricité sont confrontées à des difficultés de recouvrement des coûts. L’ambitieuse réforme de privatisation n’a pas réussi à mettre fin aux défaillances du secteur électrique. Les habitants d’Ibadan sont confrontés quotidiennement à des coupures de courant et de nombreuses défaillances du service en réseau. La rareté des compteurs, les vols d’électricité et la vétusté des infrastructures aggravent la pénurie d’énergie électrique.

À Cotonou, au Bénin, il y a de l’électricité mais il est difficile de se connecter au réseau à cause des coûts de branchement et d’extension à la charge des abonnés. Faute d’une infrastructure desservant l’ensemble de l’aire urbaine, les citadins bricolent des extensions informelles, dénommées localement “toiles d’araignée” et “réseau d’infortune”.

Du côté de l’offre, dans les deux villes, de nombreux acteurs marchands proposent un service de recharge électrique ; des équipements solaires ; des groupes électrogènes neufs ou d’occasion ; des systèmes de batteries back-up (composés de batteries qui se rechargent à l’électricité du réseau, pour prendre le relais lors des coupures).

Face à ce panel de technologies, quelles sont les pratiques d’accès à l’électricité des citadins ? Je vais présenter les régimes identifiés à partir de leurs dimensions techniques et économiques, sociales et relationnelles.

Tout d’abord, le régime de combinaison d’intermittences. Dans ses dimensions matérielles, ce régime se caractérise par un réseau universel au service très dégradé. Ce réseau est combiné avec des dispositifs palliatifs au fonctionnement tout aussi intermittent : les groupes électrogènes ne fonctionnent que ponctuellement, lorsque les ménages peuvent s’acheter du carburant. Sinon, les ménages se rendent à la cabine de recharge. L’accès représente une réelle corvée domestique. L’ensemble des technologies combinées permet un accès moyen, mais intermittent : c’est-à-dire que les ménages utilisent des sources d’éclairage, une télévision, un ventilateur et un réfrigérateur, mais seulement quelques heures par jour et quelques jours par mois.

Dans ses dimensions sociales et relationnelles, il s’agit de négocier avec l’agent de la compagnie d’électricité au sujet du montant à payer. Il y a aussi de nombreux arrangements, entre voisins, pour répartir la facture d’électricité, souvent une facture estimative en l’absence d’un compteur. Ces négociations entrainent des conflits et parfois une déconnexion pour retard de paiement. Enfin, ce régime est marqué par l’ampleur des mobilisations collectives, par exemple pour obtenir un nouveau transformateur face au discours de pénurie de la compagnie d’électricité.

Ensuite, le régime de bricolage de fortune dans lequel, les ménages bricolent des toiles d’araignée dans l’attente d’une connexion au réseau conventionnel, faute de pouvoir individuellement couvrir ses frais d’extension. Et parfois, même ces toiles d’araignée sont inaccessibles, alors les ménages s’équipent en technologies de petite qualité à bas prix ou ils se rendent à la cabine de recharge. Ces modes d’accès limitent les usages possibles de l’électricité : les ménages se contentent de l’éclairage, d’une radio et d’une télévision. Ils n’ont pas de ventilateur, ni de réfrigérateur. Ces assemblages sont donc considérés comme des solutions temporaires dans l’attente d’une connexion à un réseau idéalisé.

Dans ce régime, l’accès est médiatisé par de nombreuses négociations et relations marchandes : entre locataires et propriétaires et entre voisins au sujet des “toiles d’araignée”, de son tracé ou du prix de revente de l’électricité ; entre abonnés et compagnie d’électricité au sujet de l’emplacement du compteur… Cela conduit souvent à des conflits et des abus de pouvoir, nécessitant parfois l’intervention du chef du quartier.

Enfin, le régime de satisfaction par accumulation qui se différencie des deux précédents par la finalité des combinaisons. Là, il ne s’agit pas seulement de pallier les défaillances du réseau, mais d’en tirer le meilleur service possible grâce à la complémentarité des dispositifs accumulés : souvent le réseau et des groupes électrogènes et parfois un système de batteries de back-up. À Cotonou, un sous-régime a été identifié chez des ménages qui se satisfont du seul réseau. Ainsi, le niveau d’accès correspond aux moyens de chacun, allant jusqu’à l’utilisation de climatiseurs, pompe à eau et chauffe-eau.

À Ibadan, chaque source d’électricité permet un usage différent. Comme les batteries ou le réseau (de faible puissance) ne permettent pas de faire fonctionner les climatiseurs, les habitants enclenchent le groupe électrogène pour quelques heures d’air frais. À Cotonou, les coupures sont plus rares. Alors l’accumulation de dispositifs vient en prévention des coupures et sert à maitriser les dépenses énergétiques, notamment avec des panneaux solaires. Ces ménages ont le choix dans les cadres de la formalité et s’émancipent des contraintes locales.

Maintenant que les régimes ont été décrits, on peut se demander quelles en sont les répercussions sur le fonctionnement électrique urbain? Sur les inégalités d’accès?

Diapo 16/ Rateau 2021 Configurations électriques, inégalités d’accès et pratiques citadines à Ibadan (Nigéria) et à Cotonou (Bénin)

Pour analyser les inégalités, on va commencer par la carte (cf. diapo 16) qui donne à voir la localisation des trois régimes (chaque cercle correspondant à un ménage enquêté). Ainsi, on remarque que le régime de combinaison d’intermittences (en rose) se situe à Ibadan puisque le réseau y est universel mais très défaillant. Plus précisément, dans le quartier d’Oje (bidonville du centre historique) et aussi à Mokola, mais presque pas présent dans le quartier de New-Bodija plus aisé.

Le régime de bricolage de fortune (en turquoise), dans lequel le réseau conventionnel est inaccessible, mais idéalisé, se trouve à Cotonou, plus précisément, dans les zones d’urbanisation non planifiée et moins aisées.

Finalement, le régime de satisfaction par accumulation (en jaune) est présent dans les deux villes, là où les ménages ont les moyens pour accumuler, et là où la connexion au réseau se fait dans le respect des normes officielles.

Il apparaît ainsi que les inégalités urbaines existantes sont traduites par les régimes. On note que les négociations et les bricolages sont insuffisants pour rompre les inégalités du réseau car dans les zones les plus pauvres, le fonctionnement des régimes implique une forte dimension de corvées, une pénalité de pauvreté, une exposition directe aux pollutions, aux abus de pouvoir et que peu d’usages de l’électricité sont satisfaits. La situation est inverse chez les plus aisés qui peuvent satisfaire leurs désirs de consommation.

Et à l’échelle de chaque ville, les pratiques individuelles ne sont jamais totalement isolées de l’ensemble en ayant des conséquences sur le réseau électrique et sur la qualité environnementale et sanitaire.

Les différences spatialisées concernent aussi les mécanismes de régulation. L’ampleur des écarts entre la norme officielle et sa mise en œuvre varie selon les espaces, en fonction des régimes et des configurations électriques urbaines. Par ailleurs, le service est appréhendé à travers l’idéal de la ville en réseaux, tandis que les dispositifs hors-réseau sont encadrés selon une régulation de marché : entre interdiction d’importation des petits groupes électrogènes et promotion et subvention des technologies solaires à des fins d’électrification rurale.

Ainsi, les configurations électriques urbaines ne sont pas appréhendées par les acteurs locaux et politiques comme des sujets d’enjeux collectifs, seul le réseau est considéré comme support du service. Par exemple : au Nigéria, les groupes électrogènes sont mis en scène dans les clips musicaux pour dénoncer la mauvaise qualité du réseau électrique.

Diapo 18/ Rateau 2021 Configurations électriques, inégalités d’accès et pratiques citadines à Ibadan (Nigéria) et à Cotonou (Bénin)

Enfin, pour conclure, cette thèse a permis de souligner que l’hétérogénéité sociotechnique n’est ni anecdotique, ni transitoire et que les défaillances du réseau sont intégrées dans les routines d’accès à l’électricité en ville, tant chez les citadins les plus pauvres, que les plus aisés.

L’analyse des trois régimes d’accès a mis en avant que l’amélioration de la qualité et de la continuité du service par ces assemblages dépend de logiques marchandes et sociales ambivalentes qui ne suffisent pas pour rompre les inégalités.

La thèse souligne aussi que, faute d’une régulation d’ensemble de la configuration électrique urbaine, les interdépendances fonctionnelles entre différents modes d’accès à l’électricité génèrent des externalités négatives incontrôlées limitant les bénéfices attendus d’une généralisation du réseau conventionnel. Par exemple, à Ibadan, les groupes électrogènes sont profondément inscrits dans la culture énergétique locale et ils matérialisent le manque de confiance envers le gouvernement. Pour y rompre le cercle vicieux de défiance – refus de payer – dégradation du service, il faudra bien plus qu’une amélioration de la constance du service électrique puisque les caractéristiques locales (histoires urbaines et techniques, normes pratiques, cultures politiques, forme des organisations citadines, niveaux socioéconomique, etc…) ont une incidence forte sur les pratiques d’accès.

Finalement, la recherche a soulevé de nouvelles pistes et perspectives pour prolonger les résultats. Par exemple : est-ce que les systèmes de batteries back-up à la durée de vie utile limitée et rechargés par le réseau sont moins polluantes que les groupes électrogènes réparables ? Qu’adviendra-t-il de ces batteries et des technologies solaires devenues déchets ? Ces questionnements nécessitent des analyses complexes du cycle de vie et du métabolisme urbain, au-delà des effets locaux immédiats.

Enfin, mon projet est d’élargir à d’autres services urbains et d’autres villes ordinaires, la réflexion portant sur l’hétérogénéité sociotechnique, les inégalités socio-spatiales et les mutations urbaines.

Voilà mon temps de parole écoulée, je vous remercie pour votre attention.”

Références citées :

  • Geels, Franck. 2002. « Technological transitions as evolutionary reconfiguration processes: a multi-level perspective and case study », Research Policy, n° 31, p. 1257‑1274.
  • Smith, Adrian, Stirling, Andy et Berkhout, Frans. 2005. « The governance of sustainable socio-technical transitions », Research Policy, vol. 34, n° 10, p. 1491‑1510.
  • Pinson, Gilles. 2019. « Penser par cas, penser par comparaison. Études urbaines et pratique des monographies comparées », in D’une ville à l’autre. La comparaison internationale en sociologie urbaine., Paris : La Découverte.

Mélanie Rateau

Doctorante / PhD Candidate

More Posts