Contribution au rapport de recherche “Rez-de-Ville : inventaire/enquêtes/invention”

Capture d’écran : https://issuu.com/remiferrand/docs/rezdeville2020_jpg/240

Bonjour à tous,

C’est avec plaisir que j’ai contribué au rapport de recherche “Rez-de-Ville : inventaire/enquêtes/invention” dirigé par David Mangin, Rémi Ferrand et Soraya Boudjenane, EAV&T, accessible en ligne: https://issuu.com/remiferrand/docs/rezdeville2020_jpg/238. Retrouvez mon travail “Cotonou, Les cabanes à compteurs” illustré par un croquis d’Emilie Trinh dans les pages 242 – 245.

Référence: Rateau Mélanie (2020), « Cotonou, Les cabanes à compteurs », in Mangin, David, Ferrand, Rémi, Boudjenane, Soraya (coord.), Rez-de-Ville : inventaire/enquêtes/invention, Paris, EAV&T, pp. 242-245 (rapport de recherche I-Site Futurs).

Mélanie Rateau

Chercheure associée #LATTS / PhD

More Posts

Article publié “Electrifying urban Africa: energy access, city-making and globalisation in Nigeria and Benin”

Bonjour à tous,

Avec ma co-encadrante de thèse, Armelle Choplin, nous avons “tiré le fil électrique” de la mondialisation pour comprendre en quoi les réseaux électriques, les groupes électrogènes et les panneaux solaires permettent de mieux comprendre la production des espaces urbains, fournissant des indices sur les inégalités d’accès à l’électricité. L’article intitulé “Electrifying urban Africa: energy access, city-making and globalisation in Nigeria and Benin” est publié dans la revue “International Development Planning Review” et accessible en ligne via ce lien.

Référence de l’article: Rateau, Mélanie et Choplin, Armelle. 2021. « Electrifying urban Africa: energy access, city-making and globalisation in Nigeria and Benin », International Development Planning Review, ahead-of-print, p. 1‑26. https://doi.org/10.3828/idpr.2021.4

Résumé en français (traduction personnelle):

“L’accès à l’électricité est devenu une question cruciale dans les villes du Sud. Alors que la demande augmente, les réseaux conventionnels sont défaillants ou insuffisants, en particulier en Afrique. Les citadins doivent donc développer un large panel d’infrastructures (in)formelles pour répondre à leurs besoins quotidiens en électricité. S’appuyant sur des études récentes sur l’électricité urbaine dans le Sud, cet article vise à contribuer aux débats sur les formes hybrides de fourniture d’électricité en analysant la diffusion des panneaux solaires et des groupes électrogènes dans deux villes, Ibadan au Nigeria et Cotonou au Bénin. Bien que voisines et relativement similaires, ces deux villes illustrent des vies électriques quotidiennes distinctes. Au Nigéria, pays exportateur d’électricité, les habitants sont confrontés quotidiennement à des coupures de courant. Au Bénin, un pays qui dépend du Nigeria pour son approvisionnement, il y a de l’électricité mais il est difficile de se connecter au réseau en raison des coûts de raccordement. Basé sur une étude empirique, l’article montre que les habitants d’Ibadan utilisent des groupes électrogènes en complément d’un réseau conventionnel quasi universel mais peu fiable. À Cotonou, l’énergie solaire est une alternative jusqu’à ce qu’ils puissent se connecter au réseau. Les groupes électrogènes et les panneaux solaires sont devenus les marqueurs matériels de l’Afrique urbaine, fournissant des informations sur les inégalités d’accès à l’électricité.”

Abstract:

“Electricity access has become a crucial issue in global South cities. While demand is growing, conventional grids are failing or insufficient, especially in Africa. Urban dwellers therefore have to develop a wide range of (in)formal infrastructures to meet their daily electricity needs. Building on recent studies on urban electricity in the global South, this paper aims to contribute to the debates on hybrid forms of electricity provision by analysing the diffusion of solar panels and generators in two cities, Ibadan in Nigeria and Cotonou in Benin. Although neighbouring and relatively similar, these two cities illustrate distinct daily electrical lives. In Nigeria, an electricity-exporting country, people face daily power outages. In Benin, a country that depends on Nigeria for its supply, there is electricity but it is difficult to connect to the grid because of connection costs. Based on an empirical study, the article shows that Ibadan’s inhabitants use generators as a complement to a conventional grid that is almost universal but unreliable. In Cotonou, solar energy is an alternative until they can connect to the grid. Generators and solar panels have become the material markers of urban Africa, providing information on inequalities in access to electricity.”

Mélanie Rateau

Chercheure associée #LATTS / PhD

More Posts

Article publié “Géographie de la diversité d’accès à l’électricité dans l’urbain ouest-africain : les cas d’Ibadan et de Cotonou”

Bonjour à tous,

Dans le cadre du séminaire doctoral « L’énergie et l’espace » organisé les 14 juin, 17 mai et 12 avril 2019 par le groupe transversal « Ville et énergie » du Labex Futurs Urbains (Université Paris-Est), j’ai eu l’opportunité de rédiger l’article “Géographie de la diversité d’accès à l’électricité dans l’urbain ouest-africain : les cas d’Ibadan et de Cotonou” mis en ligne sur la plateforme HalSHS. Je tiens à remercier les participants et discutants du séminaire doctoral pour l’échange scientifique enrichissant et Pascale Trompette pour ses commentaires stimulants et sa relecture détaillée.

Référence de l’article: Rateau, Mélanie. 2020. « Géographie de la diversité d’accès à l’électricité dans l’urbain ouest-africain : les cas d’Ibadan et de Cotonou ». https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-03017419

Résumé :

“Dans les villes ouest-africaines, les options d’électrification ne se limitent pas au service urbain en réseau. Au contraire, elles sont diverses et de plus en plus accessibles notamment grâce aux innovations technologiques véhiculées par différents réseaux mondialisés et rendues disponibles localement par les acteurs marchands et institutionnels. Dans cet article, nous proposons une lecture socio-technico-spatiale des pratiques citadines électriques qui combinent les modes d’accès disponibles localement : le réseau conventionnel, les « toiles d’araignée », les technologies hors-réseau et les solutions de recharge et ce, par processus d’appropriation et d’adaptation des objets techniques et par expérimentation des réseaux d’acteurs. Sur la base d’une étude empirique entre deux villes : Ibadan et Cotonou, et en choisissant des quartiers reflétant leur diversité intra-urbaine, nous démontrons que les configurations électriques sont territorialisées au travers des pratiques citadines. Les deux villes sont relativement proches géographiquement, pourtant, leurs expériences électriques sont distinctes, notamment car les caractéristiques de leur service en réseau diffèrent. Cette complexité électrique reste mal connue par les autorités locales et non prise en compte dans les politiques d’électrification alors que le réseau conventionnel ne représente pas l’expérience majoritaire.”


Mélanie Rateau

Chercheure associée #LATTS / PhD

More Posts

Article publié “Co-production of access and hybridisation of configurations: a socio-technical approach to urban electricity in Cotonou and Ibadan”

Capture d’écran de l’article en ligne : https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/19463138.2020.1780241

Bonjour à tous,

Avec ma directrice de thèse, Sylvy Jaglin, nous avons co-rédigé un article sur la co-production de l’accès à l’électricité et l’hybridation de la configuration électrique urbaine dans une approche socio technique. L’article intitulé ” Co-production of access and hybridisation of configurations: a socio-technical approach to urban electricity in Cotonou and Ibadan” est publié dans la revue “International Journal of Urban Sustainable Development” en date du 17 juin 2020 et accessible en ligne via ce lien.

Référence de l’article: Mélanie Rateau & Sylvy Jaglin (2020) Co-production of access and hybridisation of configurations: a socio-technical approach to urban electricity in Cotonou and Ibadan, International Journal of Urban Sustainable Development, DOI: 10.1080/19463138.2020.1780241

Résumé en français (traduction personnelle):

“L’article examine la dynamique de l’accès à l’électricité dans deux villes d’Afrique de l’Ouest : Cotonou (Bénin) et Ibadan (Nigeria). Face aux nombreuses difficultés d’approvisionnement par le réseau, les ménages développent des moyens variés d’accès à l’électricité, basés sur différents dispositifs socio-techniques. Dans ce document, nous démontrons tout d’abord que l’accès à l’électricité repose sur des processus de coproduction qui doivent être abordés dans une perspective multi-échelle (du foyer à l’échelle urbaine). Nous soutenons ensuite qu’une attention particulière à la dimension socio-technique et spatiale des accords de coproduction permet d’interpréter les configurations électriques urbaines et leur évolution. Nous montrons ainsi que les processus de coproduction, qui s’appuient sur de nombreux acteurs et technologies pour répondre à une demande croissante et diversifiée d’électricité dans les villes, soutiennent un mouvement d’extension-hybridation des configurations électriques à l’échelle urbaine, offrant ainsi une perspective intéressante sur les évolutions énergétiques en Afrique subsaharienne.”

Abstract:

“The article examines the dynamics of access to electricity in two West African cities: Cotonou (Benin) and Ibadan (Nigeria). Due to poor supply from the grid, households are developing varied ways of accessing electricity, based on different socio-technical dispositifs. In this paper we first demonstrate that access to electricity is based on co-production processes that must be approached from a multi-scale perspective (from the household to the urban scale). We then argue that particular attention to the socio-technical and spatial dimension of co-production arrangements makes it possible to interpret urban electrical configurations and their evolution. We thus show that co-production processes, relying on many actors and technologies to meet a growing and diversified demand for electricity in cities, support an ongoing movement of extension-hybridisation of electricity configurations on an urban scale, thus offering an interesting perspective on power changes in sub-Saharan Africa.”

Mélanie Rateau

Chercheure associée #LATTS / PhD

More Posts