Conclusion

L’intégration des récupérateurs est présentée comme porteuse de trois types d’avantages (A. Gerold, 2009 ; E. Gunsilius and al., 2011) dont la dimension sociale est souvent le point de départ : il s’agit prioritairement d’améliorer leurs conditions de travail, de leur garantir inclusion et protection sociale. De nombreuses études démontrent également que du point de vue environnemental, ils atteignent des taux de recyclage élevés, du fait d’un savoir-faire et de leur expérience professionnelle. Enfin, d’un point de vue économique, le secteur est créateur d’emplois et alimente l’activité industrielle du pays.

Le modèle péruvien d’intégration des récupérateurs pour généraliser la collecte sélective est récent, découlant de la Loi du Recycleur de 2009. Cette Loi reste vague sur les conditions de mise en place des PSF-RS leur permettant de s’adapter au contexte local. Pour évaluer les apports de ce modèle d’intégration, cette étude au sein du projet ORVA2D a comparé trois districts liméniens aux politiques de valorisation des déchets distinctes s’adaptant aux réalités socio-politico-spatiales locales. Pour chacun de ces districts, les dépenses du PSF-RS sont essentiellement dues aux campagnes de sensibilisation et de communication. Ce coût peut rapidement être compensé grâce aux dépenses évitées de gestion des déchets partant à l’enfouissement, dès lors que sont récupérés et valorisés suffisamment de tonnages. Le coût réel du PSF-RS est donc moindre.

Les trois modèles étudiés de structuration des filières de valorisation des déchets sont en constante évolution et sont en train de s’orienter vers un même modèle intégrant les innovations développées par chacune des expériences étudiées. Les innovations technique et technologique permettent d’atteindre de hauts taux de rendement et de rentabilité rapidement, dès la mise en fonctionnement, mais demandent un lourd investissement de départ que toutes les municipalités ne peuvent se permettre. Intégrer et formaliser des récupérateurs pour mettre en place la collecte sélective est un processus qui prend du temps, mais cette innovation sociale apporte d’autres avantages. Pour une moindre dépense municipale, les PSF-RS intégrant cette innovation sont notamment créateurs d’emplois et d’inclusion sociale. Ces PSF-RS ont un faible coût réel, mais certaines municipalités ont choisi de faire porter ce coût par leurs industries locales en échange de certificats socio-environnementaux. D’autres municipalités développent des partenariats avec les commerces pour qu’ils sponsorisent les récupérateurs et proposent des tickets de réduction aux foyers triant leurs déchets. S’appuyer sur divers partenariats locaux est une innovation organisationnelle intéressante, permettant de diminuer les dépenses municipales et de responsabiliser les acteurs locaux.

Quelle que soit l’innovation choisie, le système informel reste celui récupérant le plus de tonnages.  Le modèle le plus intéressant reste donc celui s’appuyant sur les filières existantes. Il est notamment plus simple d’introduire de la régulation dans des dispositifs endogènes, souples et performants, plutôt que de faire table rase et de vouloir créer un autre système de gestion ex-nihilo (à partir de rien). D’autant plus que l’efficacité environnementale de tel système ex-nihilo reposant sur la technique et la technologie, sur la consommation de matières premières et d’énergies, reste à démontrer, notamment par une analyse du cycle de vie.

Dans tous les districts étudiés, le facteur de réussite ou d’échec de leur PSF-RS dépend de la participation des foyers. Si les foyers ne trient pas leurs déchets et ne les remettent pas lors de la collecte sélective, les PSF-RS ne peuvent être rentables et sont inefficaces. L’étape de la sensibilisation est la plus importante. Certaines municipalités proposent des bons de réduction sur les taxes locales ou des tickets de réductions avec des partenariats locaux. Mettre en place la collecte sélective n’entraine pas seulement la structuration des filières de récupération et de recyclage, mais également la sensibilisation de la population.

Mélanie Rateau

Doctorante / PhD Candidate

More Posts