Valorisation des déchets à Bogotá

Aux côtés d’Heduen Estrella Burgos, j’ai travaillé en tant qu’ingénieure d’étude de l’Université du Maine pour le projet de recherche ORVA2D (Organisation de la Valorisation des Déchets dans les pays en Développement) de l’AFD. Notre mission a été de mener à bien l’étude du terrain colombien à Bogotá, terrain piloté par Mathieu Durand (ESO-Le Mans). Je vous cite l’introduction du rapport, faute de résumé :

“La gestion des déchets à Bogotá s’est longtemps résumée à l’évacuation des déchets vers des décharges à ciel ouvert. Début 1980, dans un souci purement sanitaire, la commission environnementale régionale ordonne la fermeture des décharges au profit de centres d’enfouissement technique. La capitale colombienne s’est donc dotée d’un centre d’enfouissement en 1988. Cette infrastructure unique, pour une capitale de près de 8 millions d’habitants, arrive aujourd’hui en fin de vie utile. Si la collecte des déchets en vue de leur enfouissement est bien régulée par les politiques nationales, la règlementation de la collecte sélective (pour la valorisation) est incomplète et difficile à appliquer par les institutions locales (UAESP, 2015).

Dans ce contexte, les organisations de récupérateurs ont mené une action en justice[1] contre la municipalité de Bogotá pour obtenir leur reconnaissance et leur intégration à la gestion municipale des déchets. La Cour Constitutionnelle, par l’arrêt n°275 de 2011, oblige le District Capital de Bogotá (équivalent de la municipalité de la ville) à intégrer les récupérateurs, à les rémunérer au même titre que les prestataires de la collecte des déchets municipaux et à leur réserver la collecte des déchets recyclables. Cette décision de justice marque un tournant dans les politiques locales de gestion des déchets dans la capitale colombienne. Par la suite, l’intégration des récupérateurs devient la première stratégie municipale pour repousser la fin de vie utile du centre d’enfouissement déjà saturé, afin de dévier les flux de déchets. Ce rapport cherchera à comprendre l’impact réel de cette politique d’intégration sur le centre d’enfouissement et les stratégies de gestion des déchets à long terme. Il s’agit là d’un objectif cadré par le projet de recherche ORVA2D (Cavé et al., 2015).

Ce projet, porté par le laboratoire ESO de l’Université du Maine, intègre la métropole de Bogotá comme terrain d’étude en raison du caractère innovant de cette solution d’intégration des acteurs informels de la récupération au service municipal pour faire face à un centre d’enfouissement en situation de fin de vie utile. Une des particularités de la  politique de Bogotá a été de retirer aux entreprises prestataires privées la prestation de la collecte sélective, au profit des organisations de récupérateurs, et dans un même temps de créer une entreprise publique de gestion des déchets pour dé-privatiser une partie du service. Il semble donc intéressant d’étudier le modèle de gestion des déchets de Bogotá, actuellement en situation transitoire. Son objectif final est que les organisations de récupérateurs se convertissent en entreprises prestataires capable de répondre aux appels d’offre.

Ce rapport de terrain présente les résultats de trois mois de recherche à Bogotá. Il s’organise de la manière suivante : la première partie décrit le cadre socio-institutionnel de la gestion des déchets et notamment le combat juridique des récupérateurs pour être reconnus. La deuxième partie s’intéresse aux étapes de gestion des déchets en soulignant la situation problématique du centre d’enfouissement. La troisième et dernière partie analyse les innovations que développe le modèle de Bogotá et la difficile conversion des organisations de récupérateurs en entreprises prestataires, pour lister dans un ultime chapitre, les innovations intéressantes qui peuvent amener des éléments de réflexion quant à leur généralisation.

[1] Depuis la constitution de 1991, la Colombie offre une large palette d’outils juridiques de démocratie, à la disposition d’un collectif de citoyens, leur permettant de contester devant les tribunaux les décisions publiques.”

Le rapport complet est téléchargeable via la site du projet ORVA2D : http://eso-lemans.cnrs.fr/_attachments/projet-afd-programme-de-recherche/ORVA2D%2520Rapport%2520Bogota.pdf?download=true

Mélanie Rateau

Doctorante / PhD Candidate

More Posts